Sékou Doumbouya aurait pu être parmi les victimes de l’éboulement survenu dimanche dernier dans la sous-préfecture de Norassoba (Préfecture de Siguiri) et qui a coûté la vie à 17 personnes. Mais, le père de famille a été sauvé de justesse par sa décision de sortir du trou peu avant l’éboulement. Deux jours après le drame, il a accepté de témoigner au micro du correspondant de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Dans la soirée du dimanche, 03 février 2019, Sékou Doumbouya, la cinquantaine, marié et père de 6 enfants, était dans la mine d’or de Daman Ouri, située dans le district de Fradjani (à 150 km de la ville de Siguiri). Avec plusieurs autres personnes qu’il n’a pas pu dénombrer, le père de famille est descendu dans le trou à la recherche de l’or. Mais, ce qu’il a vu sur place l’a surpris et même apeuré, il a décidé donc de remonter aussitôt.

« Quand je suis descendu dans le trou, j’ai été ébahi par la quantité d’or que j’ai vue. C’était ma première fois de voir une telle situation. J’ai vu l’or sur le sol comme des graviers. Cela m’a fait peur et je me suis dit que ce n’est pas normal ça. J’ai décidé donc de remonter précipitamment pour quitter les lieux. Environ 5 minutes après que je sois sorti du trou, les blocs de granite sont tombés sur les gens et ils sont décédés », témoigne-t-il.

Sauvé de justesse, Sékou Doumbouya a perdu quatre de ses frères dans cet éboulement. Et, il est convaincu que le nombre de morts dépasse le nombre de corps retrouvés (17 au total). « Le nombre de personnes que j’ai laissé dans le trou dépasse 17. Je pense que si on poursuit les recherches, on va retrouver d’autres victimes. Personnellement, j’ai quatre de mes frères qui ont péri dans cet éboulement », a dit notre interlocuteur, encore sous le choc.

De Norassoba (Siguiri), Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin