Dr. Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

Dans la matinée de ce mardi, 06 février 2019, Guineematin.com a eu un entretien téléphonique avec le vice-président de l’UFDG sur ce qui se prépare aujourd’hui à la commune de Matoto. « L’UFDG n’a reçu aucun courrier, aucune invitation, ni au quelconque document administratif pour nous informer d’une élection à la mairie de Matoto. Rien n’a été déposé, ni au domicile de Kalemodou Yansané, ni au siège du parti ; alors qu’il devait y avoir une invitation avec accusé de réception, si nous étions conviés à une élection. Donc, pour nous, c’est une rumeur… », a notamment indiqué Dr. Fodé Oussou Fofana.

Ainsi, quelle attitude prendront les opposants ce mardi ? « Nous n’irons pas à la commune de Matoto parce que nous n’y sommes pas invités. Par contre, nous avons demandé à nos militants et à tous les Guinéens épris de paix, de démocratie et de justice à se mobiliser pour aller massivement à la commune de Matoto. Je pense que si le pouvoir tente de remettre en cause l’élection de Kalemodou Yansané, ce sera la goutte d’eau qui fera déborder le vase. Je l’ai dit et je le redis : il faudra marcher sur nos cadavres pour mettre quelqu’un d’autre à la place de Kalemodou Yansané à tête de la mairie de Matoto ».

Pour rappel, l’élection du maire de Matoto a été organisée le 15 décembre 2018. Et, au terme du décompte des voix, Kalemodou Yansané de l’UFDG avait totalisé 23 voix sur les 45 conseillers électeurs. Ce qui n’a pas été du goût de monsieur Moussa Keïta, un cadre du RPG Arc-en-ciel, qui a déchiré les bulletins de son parti pour empêcher la suite des opérations. Et, le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, qui supervise ces élections a fait une déclaration à la télévision nationale pour annoncer l’annulation de ce vote. L’UFDG a alors saisi la Cour suprême contre cette décision du Général Boureima Condé. En examinant cette plainte du principal parti de l’opposition guinéenne contre le ministre de l’Administration du territoire, la Cour suprême a indiqué que le Général Boureima Condé a violé la loi. Mais, elle s’est abstenue de trancher dans ce dossier qu’elle a rangé dans le domaine du contentieux électoral et qui devrait être jugé par les tribunaux de première instance. Dans son arrêt, la Cour suprême s’est donc déclarée incompétente !

Hier, des rumeurs ont circulé dans les rues de Conakry, laissant entendre que cette élection sera reprise ce mardi. Toujours déterminé à refuser toute reprise de l’élection du maire, le principal parti de l’opposition guinéenne a publié une déclaration pour alerter l’opinion sur ce qu’il a qualifié de « manœuvres dilatoires » du régime Alpha Condé.

Enfin, au cours de son échange téléphonique de ce matin avec Guineematin;com, Dr. Fodé Oussou Fofana, l’opposant a laissé entendre que cette affaire de Matoto pourrait précipiter les manifestations contre le maintien au pouvoir du président Alpha Condé, à travers un glissement du calendrier électoral ou d’un troisième mandat…

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin