Une femme présentant des signes annonciateurs de la fièvre lassa a été admise hier, jeudi 07 février 2019, à l’hôpital régional de Mamou. Cette suspecte dont l’identité n’a pas encore été révélée au grand public est décédée quelques heures après sa prise en charge au centre de traitement des maladies épidémiologiques dudit hôpital.

Si le résultat des analyses de laboratoire concluent à la fièvre lassa, ce cas porterait à deux, en moins de deux semaines le nombre de personnes mortes par suite de cette maladie hémorragique qui peut être transmise à l’homme par les rongeurs.

Selon des informations confiées à Guineematin.com ce vendredi, ce cas suspect a été signalé à Ouré-Kaba, une sous-préfecture située à une soixantaine de kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Mamou. La femme (dont l’identité n’a pas été révélée) vomissait du sang. Elle a été évacuée à Mamou où il a été admis au centre de traitement des maladies épidémiologiques sis à l’enceinte de l’hôpital régional.

Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, le directeur général de l’hôpital régional de Mamou, Docteur Abdoulaye Kader Camara, a confirmé ces informations tout en ajoutant que des prélèvements ont déjà été acheminés à Coankry pour des analyses de laboratoire afin de savoir s’il s’agit, oui ou non, de la fièvre de lassa.

« Effectivement, hier (Jeudi), nous avons été interpellés par nos agents sur le cas d’un malade qui est à Ouré-kaba. Et, qui serait suspect de la fièvre lassa. Parce qu’il vomissait du sang. Immédiatement, une équipe a été mobilisée. Nous sommes allés chercher le malade. De là-bas (Ouré-kaba) même, des prélèvements ont été effectués et acheminés à Conakry en vue d’avoir des résultats », a expliqué Dr Kader Camara, ajoutant que toutes les dispositions étaient déjà prises à l’hôpital régional de Mamou pour accueillir le patient.

« Dès qu’il (le malade) est arrivé à l’hôpital régional, vers 16 heures, poursuit Dr Kader Camara, la prise en charge a commencé par le traitement prescrit à cet effet. Très malheureusement, à une heures du matin, il a rendu l’âme. Actuellement, nous sommes à la phase du traitement du corps pour un enterrement sécurisé », a indiqué le médecin, joint au téléphone par Guineematin.com un peu plutôt, dans la journée de ce vendredi.

Concernant les résultats des prélèvements qui ont été envoyés à Conakry, le Directeur Général de l’Hôpital Régional de Mamou indique qu’il faut attendre au moins 6 heures pour avoir les résultats du laboratoire. Cependant, avant l’arrivés des résultats, précise Dr Kader Camara, « On ne peut dire qu’il s’agit de la fièvre lassa. Mais, c’est quand même un suspect qui présente les signes de ladite maladie ».

Le 28 janvier dernier, un cas confirmé de fièvre lassa a déjà été enregistré dans la préfecture de Mamou. Le patient, un homme de 35 ans était venu de Kissidougou. Il est décédé le lendemain (le 29 janvier) à l’hôpital régional de Mamou. Et, selon les autorités sanitaires de la Guinée, 82 contacts ont été recensés dans les préfectures de Kissidougou et Mamou. « Ces contacts sont actuellement suivis. Aucun d’eux n’a encore manifesté des signes annonciateurs de la fièvre lassa », a rassuré le directeur général de l’ANSS (agence nationale de la sécurité sanitaire), Docteur Sakoba Keïta, qui a reçu des journalistes cette semaine.

Mais, pour le Directeur Général de l’Hôpital Régional de Mamou, Docteur Abdoulaye Kader Camara, « aucun des contacts recensés à Mamou n’a de lien avec le patient venu de Kissidougou et qui est décédé par suite de fièvre lassa ».

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin