Oumar Camara, maire de la commune urbaine de Faranah

Le maire de la commune urbaine de Faranah entend mettre fin à l’occupation anarchique de la ville. C’est dans ce cadre qu’il a initié une opération de déguerpissement des occupants illégaux des voiries et autres espaces publics. L’autorité communale privilégie la voie pacifique pour amener les citoyens à libérer les lieux, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans la ville.

Depuis belle lurette, la ville de Faranah fait face à une occupation anarchique. Les abords des routes ont été transformés en marché où viennent vendre plusieurs citoyens, ou en garage où stationnent de façon anarchique des engins roulants. Une situation qui a contribué à rétrécir davantage les routes et à rendre difficile la circulation à certains endroits, notamment au niveau du marché central de la ville.

Cette situation préoccupe aujourd’hui les nouvelles autorités communales de la ville, qui entendent remédier à ce problème. C’est ainsi que le conseil communal, à sa tête le maire, Oumar Camara, a initié une campagne de déguerpissement des occupants des emprises des voies publiques. Et, cette opération commence par la sensibilisation afin de faire comprendre aux occupants de ces endroits, la nécessité de libérer les lieux.

« Nous avons constaté que vraiment la route nationale est occupée par des commerçants, et même les quartiers sont occupés de façon anarchique par les gens. Le marché est complètement abandonné, les gens sont sortis occuper la route et même la devanture de l’hôpital régional de Faranah. Pour passer, c’est tout à fait un problème. Donc, après notre installation, on s’est dit que cette route-là est une route nationale et le grand marché qui est là a été rénové mais les gens l’ont abandonné carrément ; ils préfèrent rester sur la route, obstruer le passage aux gens.

Donc, nous avons pris la décision de libérer les lieux. Et pour cela, nous avons décidé de sensibiliser les femmes, les commerçants de rentrer dans le marché, occuper carrément l’enceinte du grand marché. Il y a bien sûr des réticences de la part de certains éléments mais pour le moment nous sommes en train de les sensibiliser parce que le changement de comportement n’est pas facile C’est pourquoi il y a une équipe qui est sur le terrain pour faire ce travail, explique Oumar Camara, le maire de Faranah, issu d’une liste indépendante.

Selon l’autorité communale, la mairie n’envisage pas pour l’instant de passer par la force pour déguerpir les occupants illégaux des voies publiques. Parce que, dit-il, « quoi qu’on fasse, c’est nos citoyens. Il faut leur faire comprendre la nécessité de quitter les lieux. Même si aujourd’hui on les faisait rentrer de force, s’ils ne trouvent pas la nécessité de rester dans le marché, ils vont ressortir. C’est pourquoi, il faut leur expliquer techniquement pourquoi nous sommes en train de faire cela. Il y a la réticence de certains mais on va régler petit à petit ces petits problèmes, le changement de comportement demande un certain temps ».

De Faranah, Mamadouba Bangoura pour Guineematin.com

Tél. : 00224 620 24 15 13

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin