L’enceinte du tribunal de première instance de Mafanco et de l’état civil étaient bondées de monde ce mardi 12 février 2019. Pour cause, ce sont plusieurs jeunes gens qui étaient sur les lieux pour se procurer de certaines pièces dans le cadre du recrutement annoncé dans l’Armée par le gouvernement, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

En lieu et place des prisonniers de la maison centrale de Kaloum, ce sont plusieurs citoyens animés du désir de porter la tenue militaire qui étaient nombreux dans les locaux du tribunal de première instance de Mafanco.

La présence massive de ces jeunes s’explique par le fait qu’ils doivent constituer des documents exigés pour le recrutement. Ils étaient donc nombreux à chercher dans les couloirs du TPI de Mafanco, certaines pièces comme le certificat de nationalité et le casier judiciaire.

Une quête pas facile pour les concernés, qui sont obligés de faire la queue devant les bureaux pour avoir ces précieux documents.

Interrogé par un reporter de Guineematin.com, un étudiant en licence 4 Génie Civil dans une université de la place et qui désir intégrer l’armée guinéenne a confié : « je suis venu chercher mon certificat de nationalité et le casier judiciaire. Pour les deux pièces, j’ai payé 60 000 (soixante mille) francs guinéens. Mais, certains de nos amis disent que le prix est normalement à 25 000 (vingt-cinq mille) francs guinéens par pièce. Je viens de recevoir ces deux documents ; mais, il y a une erreur de saisie sur mon casier judiciaire. Au lieu d’écrire Mamady Kourouma, c’est écrit Mamady Oularé ! Donc, je cherche à le changer », a-t-il indiqué.

Malgré toutes ces difficultés rencontrées dans l’obtention des documents, notre interlocuteur reste tout de même confiant. « Quand tu intègres l’armée, ton poste est garanti, contrairement à d’autres postes dans l’administration publique. On paie très tôt les salaires ; et, en plus, on vous ravitaille en denrées alimentaires ».

A quelques mètres du TPI de Mafanco, se trouve l’Etat Civil. Là aussi, c’est le même engouement. Les deux bureaux séparés pour la circonstance sont pris d’assaut par les demandeurs. Pour s’informer du processus de délivrance des documents, le reporter de Guineematin.com s’est mis dans la peau d’un candidat qui tient à intégrer la grande muette. Nous avons alors trouvé un homme assis dans un bureau sombre et qui a l’air d’être fatigué par la forte demande. Tenant un registre en main et quelques billets de banque, notre hôte nous reçoit : « ici, le certificat de nationalité, c’est à 20.000 francs guinéens. Même prix pour le casier judiciaire. Si c’est le certificat de résidence, il faut payer 10.000 francs guinéens. Si tu paies l’argent aujourd’hui, tu peux passer prendre les documents le jeudi », a-t-il lancé.

A rappeler que les dossiers à fournir pour ce recrutement sont les suivants : un extrait de naissance, 4 photos d’identité, un certificat de visite et de contre visite, un certificat de nationalité, un certificat de résidence, une photocopie de la carte d’identité, un casier judiciaire et une demande manuscrite adressée au ministre d’État chargé des Affaires présidentielles et de la Défense nationale.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin