C’est un secret de polichinelle ! Un groupuscule proche du régime actuel est à pied d’oeuvre, avec le soutien actif du pouvoir, pour essayer de faire passer l’idée d’une modification de la constitution guinéenne. La stratégie est de mener une campagne pour discréditer la Loi suprême du pays ; mais, l’objectif est de mettre Alpha Condé comme chef suprême à vie, à travers des simulacres d’élections…

Préoccupées par ce grave risque de dérive dictatoriale dans notre pays, les Forces Sociales de Guinée (FSG) lancent « des consultations nationales pour la sauvegarde des acquis démocratiques ».

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le communiqué des Forces Sociales de Guinée :

Cher(e)s compatriotes,

Depuis quelques jours, les Forces Sociales de Guinée constatent avec beaucoup d’inquiétudes, les actions et discours tendant à soutenir un projet de rédaction d’une nouvelle Constitution ou de modification de l’article 27 de la Constitution actuelle pour permettre au Président de la République de s’éterniser au pouvoir.

Compte tenu des risques qu’encourt le pays, du fait d’un tel projet, les Forces Sociales de Guinée lancent un appel pressant à l’unité et à la mobilisation de tout(e)s les patriotes guinéens, afin de sauver notre Patrie des conséquences imprévisibles du recul démocratique, de la dérive autoritaire et d’éventuels troubles sociaux.

Face à cette situation, les Forces Sociales de Guinée engagent des consultations avec tous les mouvements socio-politiques et les patriotes guinéens notamment les :

  • Citoyens vivant en Guinée et à l’étranger ;
  • Acteurs de la société civile organisée ou non organisée ;
  • Syndicats et organisations socioprofessionnelles
  • Partis et acteurs politiques ;
  • Jeunes et femmes organisés ou non ;
  • Médias et professionnels de la communication ;
  • Universitaires, religieux et leaders d’opinion ;
  • Organisations patronales ;
  • Opérateurs économiques ;
  • Intellectuels (consultants, fonctionnaires internationaux, cadres à la retraite, en chômage et en disgrâce, etc.) ;
  • Cadres des administrations publiques et privées ;
  • Cadres guinéens travaillant dans les institutions étrangères ou multilatérales ;
  • Cyber-activistes ;
    En vue d’adopter une position commune face à la dictature qu’un minuscule groupe d’individus veut imposer au peuple, par leur projet inopportun et clivant, malgré les immenses risques de déstabilisation qu’il comporte, pour la Guinée et la sous-région.
    Ensemble, unis et solidaires, nous vaincrons !

Conakry, le 12 février 2019

La coordination Nationale

Le chargé des Opérations

Ibrahima Diallo

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin