Les coupures intempestives du courant dans les foyers préoccupent le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique. Cheick Taliby Sylla a réuni ce lundi, 18 février 2019, plusieurs acteurs intervenants dans le secteur pour plancher sur la question. L’objectif est de trouver des solutions urgentes et efficaces à ces délestages, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ce sont notamment les producteurs et les distributeurs du courant qui ont pris part à cette rencontre, tenue dans la salle de conférence du ministère de l’Energie et de l’Hydraulique. A l’ouverture des travaux, le chef du département, Cheick Taliby Sylla, a rassuré les participants qu’il ne s’agit nullement de chercher qui est fautif ou de prendre des sanctions contre quelqu’un pour les délestages enregistrés. « C’est juste un échange entre nous pour qu’on trouve la solution afin d’améliorer la desserte rendue à la population », a rassuré le ministre.

Elhadj Sékou Sanfina Diakité

Interrogé au sortir de la rencontre, le secrétaire général du ministère de l’Energie, Elhadj Sékou Sanfina Diakité, a fait savoir que l’objectif de la réunion était justement d’amener tous les acteurs intervenants dans le secteur à penser et à agir dans le même sens. « Il s’agit d’améliorer au fur et à mesure toute possibilité qui existe pour faire ou récupérer un mégawatt. C’est pourquoi, nous avons appelé les collègues pour les rassurer que le ministère est avec eux et que nous devons faire le nécessaire pour la population. Autrement dit, ça ne servira à rien de produire si les consommateurs ne sont pas satisfaits », a-t-il expliqué.

De même, Elhadj Sékou Sanfina Diakité estime aussi qu’il ne sert à rien de se voiler la face et qu’il faut oser dire quelle est la possibilité actuelle dans la fourniture de l’électricité aux populations. « Il ne faut pas avoir peur de dire quelle est la possibilité maintenant. Aujourd’hui, avec la fin des pluies, on ne peut pas déstocker dans les grands lacs. On ne peut pas vider le lac parce qu’on est devant une pression ; mais, il faut aller avec la méthode. Nous avons beaucoup de composantes en face : il y a le mois de ramadan et la coupe d’Afrique qui viennent. Donc, on passe toute la journée à faire de la planification, de l’organisation et nous travaillons avec des chiffres ».

A en croire Elhadj Diakité, son département ne fera jamais de la politique politicienne pour ce qui est de l’électricité. L’amélioration se fera au fur et à mesure. Car, ajoute-t-il, il y a déjà des actions envisageables et envisagées pour améliorer la situation.

Abdenbi Attou

De son côté, le coordinateur général de l’Electricité De Guinée (EDG), Abdenbi Attou, a expliqué que les délestages actuels résultent de la forte demande des populations, surtout pendant les heures de pointe (de 18 heures à minuit). «Nous avons enregistré, en décembre 2018 par exemple, 367 mégawatts de demande alors que nous avons une capacité de production de 265 à 267 mégawatts. Cela veut dire que nous avons un manque de 100 mégawatts qui fait déjà 10 départs. Donc, nous sommes obligés de couper certains entre 18 heures et 00 heures pour que la demande soit adaptée à l’offre de production. »

S’agissant de l’intervalle entre 08 heures du matin et 18 heures, Abdenbi Attou a dit que le déficit est de 120 mégawatts et que dans ces conditions, ils sont obligés aussi de couper 12 départs dans la ville pour adapter la production et la demande.

A ce cela, il a ajouté des incidents qui peuvent survenir, notamment les pannes techniques au niveau de certains groupes qui peuvent déclencher le réseau. « Quand cela arrive aussi, on est obligé d’adapter l’offre par rapport à la demande pour éviter que tout le réseau ne s’effondre. Et, au stade où nous sommes, nous n’avons pas de réserve d’eau », précise le coordinateur général d’EDG.

Alpha Assia Baldé pour Guineemation.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin