Comme annoncé précédemment, le procès de Boubacar Diallo, alias Grenade, un militant de l’UFDG poursuivi pour « tentative de meurtre et détention illégale d’armes de guerre », s’est poursuivi ce lundi, 18 février 2019, au tribunal criminel de Dixinn. Pendant de longs moments, les deux de Guineematin.com qui ont suivi les débats ont relayé les joutes oratoires entre le Procureur et les avocats de la défense.

Dans ce procès où il n’y a pas de partie civile, le procureur, Sidy Souleymane N’diaye, est accusé le collectif des avocats de la défense d’être partisan et de rouler pour un camp politique. Ce que ce dernier a essayé de contester…

A la fin des débats, très houleux, les avocats de la défense se sont dits confiants et comptent sur l’impartialité des magistrats pour obtenir la liberté de leur client.

Selon maître Alsény Aissata Diallo, « le procureur de la République a échoué dans sa démarche. Nous avons démontré l’innocence de notre client Boubacar Diallo, nous avons démonté pièces par pièces toutes les manœuvres, la machination faites par monsieur le procureur. Nous avons démontré que monsieur le procureur a prêché dans le désert, parce qu’il n’a aucune preuve contre notre client. Et, nous avons l’espoir que ce tribunal criminel, composé de ces grands magistrats, va dire le droit dans ce dossier. Et, notre client sera libéré purement et simplement le 4 mars prochain pour des faits non établis à son encontre ».

De son coté, maître Salifou Béavogui, membre du collectif, a déploré un acharnement contre Boubacar Diallo. « Je suis triste de défendre un dossier dans lequel Mr le procureur de la République est entrain de forcer la main des magistrats pour obtenir une condamnation alors que ce dossier ne renferme aucune preuve comme l’a toujours soutenue la défense. Nous nous n’avons pas la gendarmerie, nous n’avons pas la police, ni la prison. Nous n’avons que la connaissance du droit. Nous souhaitons que les juges soient guidés par la loi, nous souhaitons qu’ils examinent le pour et le contre, mettent sur la balance les arguments avancés par toutes les parties, qu’ils ne tiennent simplement compte que des arguments avancés par le procureur et les contre-arguments présentés par la défense. Nous savons que nous parviendrons à une bonne application de droit parce que nous de la défense, nous faisons confiance à ces magistrats, nous savons qu’ils barreront le chemin à l’injustice », a martelé Me Salifou Béavogui.

Salimatou Diallo et Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin