Affrontements entre RPGistes à Norassoba : l’ex maire mis aux arrêts

18 février 2019 à 9 09 51 02512

Des têtes commencent à tomber suite aux violences enregistrées ces derniers jours à Norassoba, dans la préfecture de Siguiri. Kanimandjan Doumbouya, l’ex maire de la localité, a été arrêté par les services de sécurité. Il est accusé d’être à l’origine des affrontements entre deux camps rivaux du RPG Arc-en-ciel qui ont suivi l’élection de l’exécutif de la mairie de cette commune rurale, a appris le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Le RPG Arc-en-ciel a remporté la mairie de la commune rurale de Norassoba, mais le maire élu est loin de faire l’unanimité dans les rangs du parti au pouvoir. Des partisans de Kanimandjan Doumbouya, l’ex maire de la localité, élu sur la liste du RPG Arc-en-ciel et qui était candidat à sa succession, conteste l’élection de Karifa Karin Doumbouya à la tête de la mairie.

La semaine dernière, ses partisans sont sortis protester dans la rue, et des affrontements les ont opposés aux partisans du nouveau maire. Ces affrontements ont fait au moins quatre blessés et quelques dégâts matériels. Suite à ces affrontements, le préfet par intérim de Siguiri a ordonné l’arrestation de Kanimandjan Doumbouya qu’il accuse d’être l’instigateur de ces violences.

« J’ai ordonné qu’il soit arrêté et entendu sur procès-verbal, il est le seul instigateur des violences à Norassoba. Il a échoué aux élections, il n’arrive pas à consommer sa défaite. Pour l’aider, on lui proposer le poste de sous-préfet, il refuse, tout ce qu’il demande c’est être maire. Déjà, nous avons enregistré 4 blessés et une case incendiée », a confié à Guineematin.com, Siné Magassouba, secrétaire général chargé des collectivités et préfet par intérim de Siguiri.

Kanimandjan Doumbouya a été conduit à la gendarmerie de Siguiri où il est actuellement détenu. Le préfet souligne que l’enquête se poursuit et que d’autres personnes, au nombre d’une quinzaine, sont également visées dans cette affaire.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Ibrahima Sakho à N’Zérékoré : « si je dois prendre la continuité, c’est en faveur d’Alpha Condé…»

18 février 2019 à 9 09 48 02482

La commune urbaine de N’Zérékoré a constitué la dernière étape de la tournée de Dr Ibrahima Sakho, président du parti CPUG, en Guinée Forestière. Plusieurs militants et responsables du parti se sont donné rendez-vous le samedi, 16 février 2019, dans l’enceinte d’un lycée privé pour écouter leur président, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com dans la région.

C’est dans la préfecture de N’Zérékoré que Dr Ibrahima Sakho, président du CPUG a clôturé sa tournée de prise de contact avec ses militants. Pour cette dernière étape on a noté une forte mobilisation des militants et sympathisants du CPUG.

Karamo Cissé

Selon Karamo Cissé, secrétaire fédéral du CPUG à N’zérékoré, « l’annonce de votre arrivée dans la classe politique guinéenne a suscité un véritable espoir pour nous jeunes. En lisant d’ailleurs votre projet de société, nous ne serons jamais en marge de votre lutte pour le changement déjà engagé. Puisque les piliers du changement pour le développement passent nécessairement par la santé, l’éducation pour tous, les infrastructures routières, appui aux femmes, emploi des jeunes. Certes, avec Dr Ibrahima Sakho, la Guinée prendra un nouvel élan. La population de N’Zérékoré, plus particulièrement la jeunesse, me charge de vous dire qu’ils sont prêts à vous accompagner dans votre combat. Ce soutien sans condition de la population de N’Zérékoré vous conduira au fauteuil présidentiel en 2020, car vous êtes la seule et unique personne sur qui réellement on peut compter sur la situation guinéenne ».

Après avoir remercié les sages, les femmes et les jeunes pour le déplacement effectué, Dr Ibrahima Sakho a dit que son entrée en politique vise à œuvrer pour sortir les guinéens de la misère. « Si je me suis engagé en politique, c’est parce que je pense sincèrement que j’ai les compétences, j’ai les expériences, j’ai les moyens pour que notre cher pays, la Guinée, puisse sortir de sa misère sociale. Et, je vois depuis presque deux ans, l’engouement monstre autour de notre parti CPUG. Et pour ça, je remercie toute la Guinée », a dit le jeune politicien.

Dr. Ibrahima Sakho

Contrairement à ses précédentes sorties où il a tiré à boulets rouges sur l’actuel locataire du palais Sékhoutouréyah, Dr Ibrahima Sakho a laissé entendre que « le professeur Alpha Condé a été un bon maître. Il a été le père de la démocratie dans notre pays. Pour ça, on peut le remercier. Mais, vous savez, dans la vie, quand on fait des enfants, la seule chose qu’on veut, c’est quand on atteint un certain âge qu’on leur donne la relève. Ça, ça n’enlève à rien par rapport à tout ce que le professeur Alpha Condé a fait pour la Guinée pendant 40 ans. Aucunement pas, si Dr Ibrahima Sakho doit prendre la continuité, c’est en faveur du professeur Alpha Condé et de la Guinée pour permettre justement de continuer le travail qu’il a entamé. Donc, je voudrais ceci, que ça soit le professeur Alpha Condé, que ça soit moi, c’est pareil. Parce que, nous avons les mêmes ambitions pour vous, c’est-à-dire avoir un meilleur avenir pour la Guinée ».

De N’Zérékoré, Siba Guilavogui, envoyé spécial de Guineematin.com

Tel: 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Siguiri : un diplômé sans emploi tué dans une mine d’or à Kinièbakoura

18 février 2019 à 9 09 36 02362

Un jeune diplômé en Linguistique de l’université de Kankan, répondant au nom de Bérété Iya, a été froidement assassiné par des inconnus dans la soirée d’hier dimanche, 17 février 2019. Les faits se sont produits aux environs de 17 heures dans une mine d’or du district de Tonguioulen, relevant de la sous-préfecture de Kinièbakoura, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’insécurité continue de sévir dans les mines d’or de Siguiri. C’est un jeune diplômé sans emploi, âgé de 29 ans, qui en a malheureusement fait les frais à Tonguioulen, dans la sous-préfecture de Kinièbakoura. Selon nos informations, la machine détectrice d’or que la victime détenait a été emportée par les inconnus.

Interrogé sur la question, le commandant Samoura de la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité (CMIS) a dit ce qui s’est passé. « C’était aux environs de 17 heures. Un jeune conducteur de mototaxi est venu nous informer que les bandits ont tiré sur un jeune homme. J’ai informé mes chefs hiérarchiques qui m’ont ordonné de me rendre sur les lieux. Nous sommes venus le trouver dans le sang avec sa moto et son sac. Mais, sa machine détectrice d’or n’y était pas. Nous l’avons déposé à l’hôpital », a expliqué l’officier de police.

Pour sa part, Dr Balla major Keïta, chef service d’urgence de l’hôpital, a dit ce qu’il a fait. « J’ai trouvé un corps sans vie. J’ai prie ses filiations et nous avons déposé le corps à morgue ».

C’est la deuxième victime en l’espace d’une semaine à Siguiri.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Lire