Après trois mois de perturbation des cours dans les écoles guinéennes, l’heure est au rattrapage du temps perdu. Au lycée Léopold Sedar Senghor de Yimbaya et au collège Yaguine et Fodé, dans la commune de Matoto, élèves, enseignants et responsables s’activent à combler le vide créé par la grève du SLECG, lancée le 3 octobre dernier, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Aloko Doré

Selon Aloko Doré, le principal du collège Yaguine et Fodé, sur les 51,61% prévus, le taux de réalisation se situe entre 45,16% et 48,39 %, soit un écart qui varie entre 3, 22% et 6,45 % pour tous les niveaux confondus.

Parlant de l’Etat d’avancement des cours, Aloko Doré se dit satisfait de la façon dont les choses se passent. « C’est vrai qu’il y a eu des perturbations dans beaucoup d’écoles. Mais, chez nous ici, heureusement qu’il n’y en a pas eu. Sur les 57 professeurs que j’avais, 5 seulement ne venaient pas. On s’est donné les mains pour que tout se passe bien. Et les cours ont été donnés de façon normale », a expliqué monsieur Doré.

Au lycée Léopold Sedar Senghor, ex lycée Yimbaya, sur les 52,39 % prévus, le taux de réalisation est de 48,85%, apprend-on.

Selon le censeur du lycée, Mohamed Kanko Keita, son école est confrontée à un manque d’effectifs en ce moment.

Mohammed Kaki Keita

« Nous avons quelques difficultés depuis le début de l’année. Nous sommes en manque d’un certain nombre de professeurs, notamment un professeur de Chimie, un professeur de Physique, un professeur de Français. Si nous avons des difficultés aujourd’hui, c’est ça. Moi-même, je donne des cours de Français à la place du professeur de Français. Certains contractuels continuent à venir, mais d’autres ne viennent plus. Au départ, on était à 67 contractuels qui étaient avec nous. Mais aujourd’hui, on n’a pas plus de 10. Tous les autres là sont partis », s’est-il plaint.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin