Quelques semaines après l’élection de l’exécutif communal de Kamsar, dans la préfecture de Boké, le nouveau maire de la commune rurale se dit conscient des défis qui l’attendent. Pour arriver à les relever, Bocar Morin Camara invite tous les conseillers à une synergie d’actions dans tout ce qui doit être entrepris. Il l’a dit ce lundi 25 février 2019, dans un entretien exclusif accordé à un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Bocar Morin Camara

Bocar Morin Camara, a été élu récemment maire de la commune rurale de Kamsar. Dans l’entretien accordé à notre reporter, l’élu sous la bannière de l’UFDG invite les membres du conseil communal à privilégier les intérêts de la commune de Kamsar. « À mes collègues conseillers, je demande de renforcer le tissu social. Nous n’appartenons plus à un parti politique ou à un autre. Nous sommes désormais dans la même maison et nous sommes les élus de la communauté. Nous devons œuvrer dans l’intérêt général de Kamsar », a-t-il laissé entendre.

S’agissant des activités prioritaires, Bocar Morin Camara attend la première session des conseillers pour définir un plan d’action et un calendrier de réalisation des activités. Mais, dans cette localité minière, la population manque presque de tout. « Quand on voit l’état des routes de Kamsar, c’est franchement très malheureux. Elles sont abandonnées à elles-mêmes. Il y a aussi des zones qui n’ont pas d’écoles. Dans le cadre de la sécurité, je demande à chacun de mettre la balle à terre. Il faudrait, si tout va bien, qu’on crée une sécurité communale pour la sauvegarde de la commune mais aussi de l’intérêt de la population », a dit Morin Camara.

Pour ce qui est du manque d’eau et d’électricité, le nouveau maire s’est montré clair. « Pour l’électricité et l’eau, c’est difficile. À l’atelier de Conakry, avec le président de la République, on nous a dit qu’il y a des projets inéligibles. Ça veut dire que c’est l’Etat qui peut traiter ce genre de problèmes. C’est le cas de l’électricité et l’eau. C’est que nous pouvons faire, c’est de trouver des puits améliorés et c’est dans notre programme, parce qu’il y a des zones où il n’y en a pas. C’est le cas de Binarin-Botini, Couffin, et même Taigbé n’a pas d’eau potable. À Hamdallaye aussi, il n’y a pas d’eau et pourtant le tuyau qui conduit l’eau passe par ce village pour les cités de Kamsar ».

Précisons que depuis l’élection du bureau de l’exécutif communal de Kamsar, les conseillers ne sont pas encore installés dans leur fonction. Les travaux sont bloqués pour le moment.

De retour de Kamsar, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 98 49 38

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin