Un homme âgé de 40 ans s’est donné la mort à l’aide d’un fusil artisanl dans la matinée de ce lundi 26 février 2019, au quartier Gonia, dans la commune urbaine de N’zérékoré. Thierno Alimou Bah, vendeur de téléphones au grand marché de la ville, souffrait d’une dépression mentale, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’acte s’est passé au quartier Gonia dans la matinée de ce lundi. Selon nos informations, Thierno Alimou Bah a mis fin à ses jours dans sa chambre. Il souffrait d’une dépression mentale depuis bientôt deux ans. C’est après avoir accompagné ses enfants à l’école qu’il s’est enfermé dans sa chambre et s’est donné la mort à l’aide d’un fusil artisanal, de fabrication locale.

Mamadou Aliou Bah

Interrogé sur les circonstances du drame, son frère a confirmé le problème mental qui tracassait le défunt. « Ce matin, j’ai parlé avec mon jeune frère concernant la vente de sa moto. Donc, si l’intéressé amenait le reste de l’argent, il allait donner la moto pour qu’on aille à Faranah pour son traitement, parce qu’il était mentalement dérangé. Chaque trois mois, il partait à Faranah pour prendre ses produits. Et tout dernièrement, il a décidé qu’on aille ensemble. Et, c’était aujourd’hui qu’on devait partir à Faranah pour son traitement. J’étais à l’attente de ce dernier et mon frère est allé accompagner ses enfants à l’école. C’est à son retour de l’école qu’il s’est enfermé dans sa chambre et s’est donné la mort. Les voisins sont venus m’informer que mon jeune frère s’est donné la mort avec une arme de fabrication locale au niveau de son cou », a expliqué Mamadou Aliou Bah.

Cécé Laurent loua

Le chef de quartier de Gonia, Cécé Laurent Loua, a expliqué ce qu’il a fait après avoir été informé. « J’ai été informé par les citoyens que quelqu’un s’est fusillé dans mon quartier. Rapidement je me suis rendu sur les lieux et effectivement, j’ai vu le corps du jeune ensanglanté. Immédiatement, j’ai informé les autorités. Et quand ils sont venus, après leur investigation, le maire m’a laissé les consignes de rester et de suivre la suite », a dit le chef de quartier.

À noter que le corps du défunt, Thierno Alimou Bah, a été remis à sa famille par les autorités pour son inhumation. Il laisse derrière lui une veuve et 4 enfants.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : +224 620 16 68 16/666 89 08 77

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin