Maitre Paul Yomba Kourouma, avocat des victimes

Le déguerpissement en cours à Kaporo Rails, dans la commune de Ratoma, continue de choquer les consciences et provoque une levée de bouliers des forces vives. Au regard du mode opératoire, les avocats des citoyens de Kipé 2, également dans le viseur des casseurs, qualifient la scène de « rébellion de la part de l’Etat ». Maîtres Paul Yomba Kourouma et Abdoul Ghadirou Diallo, à travers une conférence de presse, ont exprimé leur préoccupation ce mardi, 26 février 2019, par le marquage des maisons d’habitation de Kipé 2, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon maître Paul Yomba Kourouma, l’Etat est en train de poser un acte négatif, bien que conscient que celui-ci causerait des dommages irréparables aux citoyens. « Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est un acte de rébellion de la part de l’Etat lui-même. C’est aussi une atteinte au droit de propriété et une violation grave des différentes chartes aux quelles notre pays a adhéré et a souscrites », dénonce l’avocat.

Revenant sur le cas de la zone de Kipé 2, maitre Paul Yomba Kourouma a rappelé que c’est un dossier qui est déjà pendant au Tribunal de Première Instance de Dixinn. « Nous avons engagé des hostilités judiciaires avec l’Etat qui a été assigné, en reconnaissance de propriété, en cessation de trouble et en payement des dommages et intérêts. Depuis octobre, l’affaire est pendante devant le TPI de Dixinn, laquelle, après débat au fond, après observation du ministère public, a été mise en délibéré pour décision être rendue le 1er mars », rappelle-t-il.

Les avocats, par la voix de maître Paul Yomba Kourouma, se disent « surpris, mortifiés et indignés », de voir des agents de l’Etat, cocher les bâtiments occupés par les habitants, qui sont des bâtiments litigieux, alors qu’une ordonnance d’arrêt immédiat de toute œuvre de démolition a été rendue par la présidente du TPI de Dixinn. « Foulant aux pieds cette ordonnance, bravant l’autorité judiciaire, le ministère de la Ville et de l’Aménagement du territoire est passé outre pour procéder au marquage des bâtiments devant suivre, après la démolition de ceux en cours dans un autre secteur différent de Kipé 2. Il s’agit d’un acte qui, sous d’autres cieux, devait mettre en examen ou faire arrêter même l’autorité départementale », estime l’avocat.

Selon lui, la zone résidentielle de Kipé 2 n’est nullement concernée par le centre directionnel de Koloma qui est en train d’être démoli actuellement. Mieux, il rappelle que depuis la Première République, cette zone de Kipé 2 est une zone réservée aux déguerpis d’autres lieux, citant les cas des déguerpis de la cité des médecins, les riverains de l’aéroport, du côté de la corniche, mais également ceux d’ENTAG. « Ces populations sont installées là de façon paisible, sans compter que l’Etat lui-même leur a doté de tous les moyens nécessaires : les titres de propriété pour faire prévaloir leur droit. Kipé 2 peut être considéré comme une zone de recasement de toutes les personnes déplacées pour cause d’utilité publique. L’Etat a donné des titres de propriété dont certains datent même de 1983. Les gens habitent la zone depuis plus de 30 ans pour certains», a expliqué maître Paul.

En outre, maitre Paul qualifie ce qui se passe dans la zone comme étant une méconnaissance de l’administration ou du plan directeur de la ville de Conakry, ou tout au moins, c’est un acte de provocation. « Kipé 2 ne saurait, en l’état, être dérangé parce que les 252 familles qui habitent attendent un délibéré de la justice», a-t-il fait savoir.

Quant à maître Abdoul Ghadirou Diallo, il a précisé que le décret de 1989, dont Guineematin.com détient copie, et qui est brandit par l’Etat comme pièce à conviction, ne concerne pas la zone de Kipé 2. « Donc, c’est une pièce qui devrait être écartée du dossier. Une demande de mise en demeure avait été notifiée aux occupants de Kipé 2, à la date du 11 septembre 2008. Dans cette lettre, le Ministère de la Ville, représenté par l’Agent Judiciaire de l’Etat, a indiqué les lots concernés par le centre directionnel de Koloma. Il s’agit des parcelles des lots 14, 15, 16, 19 et 37. Ces lots se trouvent derrière la RTG Koloma. Ils sont différents des lots N°4 du lot 34 ; N°13 bis du lot 36, N° 3, 4, 5 et 6 du lot 41 occupé par les demandeurs de Kipé 2 ».

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin