Longtemps attendues, les audiences criminelles du Tribunal de Première Instance de Faranah ont été officiellement ouvertes hier lundi, 4 mars 2019. C’était en présence des autorités locales de Faranah, des auxiliaires de justice et de nombreux autres invités, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Au cours de ces audiences criminelles, le Tribunal de Première Instance de Faranah aura à examiner les cas de 195 accusés dans dix (10) affaires criminelles. Ils sont tous poursuivis pour meurtre et complicité, coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, viol, incendie volontaire, assassinat…

Dans son discours de circonstance, le Procureur de la République près le TPI de Faranah, Mamoudou Lébéré Baldé, a rassuré l’opinion que le droit sera dit et que la loi sera appliquée pour le maintien de la paix et de la quiétude dans la région de Faranah. Pour cela, il en appelle à la vigilance et à la bonne collaboration des populations. « Un procès pénal doit être équitable et contradictoire, mais aussi préserver l’équilibre des droits des parties », a précisé le procureur.

Pour sa part, le président du tribunal de Faranah, Amadou Sagnane, a insisté sur la présomption d’innocence et sur les possibilités de recours pour les parties qui ne seront pas d’accord avec les décisions qui seront rendues. « Au cours de ces examens de dossiers, nous allons respecter l’essentiel des droits humains, le droit à la défense, le droit à la justice équitable, la présomption d’innocence et laisser aussi automatiquement les recours éventuels contre les décisions qui vont être entreprises à quiconque ne seras pas d’accord parmi les acteurs de la procédure. La pédagogie est la suivante, il est présenté au tribunal des personnes et des faits. Il faut nécessairement qu’il y ait des débats », a dit le juge avant de promettre qu’il veillera à la garantie des droits des victimes au cours de toute la procédure.

Visiblement satisfait, le gouverneur de la région administrative de Faranah a remercié le président de la République. Ensuite, Sadou Keita s’est réjoui de cette initiative du ministère de la Justice qui, dit-il, est en train de rapprocher la justice des justiciables et qui a réussi plusieurs réformes pour qualifier la justice guinéenne.

À noter que Faranah n’a pas un palais de justice. C’est pourquoi, la cérémonie d’ouverture des audiences s’est tenue à la maison des jeunes. Les audiences se tiendront également en ces lieux.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com
Tel : (00224) 620 24 15 13

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin