Après avoir passé près de deux (2) ans de détention à la maison centrale de Conakry, Abdourahmane Bakayoko, ancien journaliste reconverti en politicien, a été acquitté hier, vendredi 8 mars 2019, par la Cour d’Appel de Conakry. Le président du parti Les Démocrates Guinéens, condamné à 5 ans de prison au tribunal criminel de Dixinn pour des faits de viol, a été acquitté au bénéfice du doute, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Abdourahmane Bakayoko est enfin libre. Il avait été condamné à 5 ans de réclusion criminelle au Tribunal de Première Instance de Dixinn, le 19 juin 2017, pour des faits de viol sur une étudiante. Des faits qu’il a toujours niés alors que la partie civile n’a jamais comparu dans ce dossier.

Après avoir interjeté appel, Bakayoko a fini par obtenir gain cause. La Cour d’appel a infirmé cette condamnation ce vendredi, en prononçant l’acquittement de Bakayoko au bénéfice du doute.

Au sortir de l’audience, les avocats se sont dits satisfaits de cette décision. Selon maitre Soufiane Kouyaté, pour une des rares fois, le droit a été dit dans cette affaire. « Le président de la Cour d’Appel a eu l’audace d’infirmer la décision qui a été rendue par le tribunal de première instance de Dixinn dans toutes ses dispositions. Je ressens un sentiment de satisfaction pour mon client ».

Dans la même lancée, maitre Mohamed Abou Camara fera remarquer que le doute profite à l’accusé. « Le doute profite à l’accusé, les deux n’ont jamais entretenu des rapports charnels. Il n’y avait aucune preuve, aucun indice, et la décision ne pouvait être que l’acquittement pure et simple », a lancé l’avocat.

Pour sa part, Abdourahmane Bakayoko a livré un message plein de sens : « Faire deux (2) ans de prison pour un crime que je n’ai pas commis me fait vraiment très mal. Mais, ce qui me fait encore plus mal, et qui me torture depuis plus de 30 ans, c’est la prison dans laquelle se trouvent plus de 90%, c’est-à-dire plus de 10 millions de guinéens.

Parce que pour moi, tout guinéen qui n’a pas les moyens et le droit de se rendre quand il veut en France, en Allemagne, en Angleterre, au Canada, aux Etats Unis et dans n’importe quel pays du monde est en prison et je ne voudrais pas mourir avant de libérer ces 90% de mes concitoyens.

C’est pourquoi, je n’ai pas dormi en prison. J’ai beaucoup travaillé là-bas. J’ai élaboré de nombreux et importants projets de développement que des amis à moi sont prêts à financer. Et, si l’actuel ou le prochain président de la République accepte leur réalisation, la Guinée, malgré son énorme retard, pourra rattraper des pays comme le Maroc en moins de 10 ans.Que Dieu bénisse la Guinée », a lancé Abdourahmane Bakayoko.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com