La cellule nationale de l’Organisation pour la Mise en valeur du Fleuve Sénégal (OMVS), en partenariat avec le gouvernement guinéen, a célébré ce lundi, 11 mars 2019, la 2ème édition de la journée de l’OMVS. Cette cérémonie, tenue au palais du peuple de Conakry, coïncide avec le 47ème anniversaire de la création de l’organisation. Elle a été mise à profit par les acteurs de l’eau, experts, partenaires et dirigeants de l’OMVS pour parler des acquis et des perspectives de l’organisation, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans son discours, Moundjour Cherif, directeur de cabinet du gouvernorat de Conakry, a remercié les organisateurs pour le choix porté sur Conakry pour abriter cette rencontre. « Monsieur et mesdames, pour le présent évènement, nous disons que c’est bien la Guinée qui est la première concernée. La Guinée, dénommée autre fois Rivières du Sud en raison du nombre de fleuves et de cours d’eaux qui l’arrosent ; oui, c’est bien la Guinée, château d’eau de l’Afrique Occidentale.

A la vérité, l’histoire est têtue et nul ne saurait la taire. C’est pourquoi aujourd’hui, qui parle de l’Organisation pour la Mise en valeur du Fleuve Sénégal (l’OMVS), parlera pour rappel de l’Organisation des Etats Riverains du Fleuve Sénégal (OERS). Mesdames et monsieur, merci d’avoir offert à la Guinée l’opportunité de vivre une facette glorieuse de sa propre histoire ».

De son côté, Hamed Diane Semega, Haut-commissaire de l’OMVS, a exprimé sa gratitude aux pères fondateurs de cette organisation sous régional. « Je ne vous apprends rien, vous savez que la gestion de l’eau à l’échelle du bassin n’est pas initiée généralement en Afrique pour la première fois. Mais, c’est plutôt en Europe, en France où il y a six agences du bassin.

Le long des fleuves, c’est la seule expérience, le domaine dans lequel l’Afrique se classe première, c’est vraiment l’expérience acquise à l’échelle de l’OMVS, l’OMVG. C’est une institution qui est créée et qui gère l’ensemble du bassin fluvial, de sa source jusqu’à son embouchure, au compte des Etats membres. C’est une première. En Europe, ça n’existe pas. Donc, c’est une expérience inédite qui doit être soutenue », dit-il.

Par ailleurs, le Haut-commissaire de l’OMVS a dit que sa création il y a 47 ans, l’OMVS a enregistré des progrès considérables. « Nous savons aussi que depuis les années 1986 jusqu’en 2000, l’OMVS a réalisé d’excellents résultats qui ont renforcé l’intégration africaine, qui ont stabilisé nos Etats et qui ont apaisé la vie, notamment le barrage de Manantali, le barrage de Diama, et la ligne électrique qui relie les trois autres pays.

L’expérience qu’il faut surtout retenir, c’est le statut d’ouvrage commun. L’ouvrage se trouvera sur le territoire d’un autre pays, mais il est la propriété des quatre pays riverains. C’est une expérience inédite et c’est extrêmement important dans l’intégration africaine », a fait remarquer monsieur Semega.

Le ministre guinéen de l’énergie et de l’hydraulique, Cheick Taliby Sylla, président du conseil des ministres de l’OMVS, a pour sa part dit que la célébration de cette journée de la création de l’OMVS est pour le peuple de Guinée un motif de satisfaction. « L’OMVS a été créée par la volonté des premiers dirigeants de nos Etats respectifs. Sa mission et son indépendance dans l’accomplissement de celle-ci lui ont été conférées par les citoyens de l’espace sur une base multinationale. Force est de constater que l’OMVS reste fidèle à sa mission. Parce qu’elle est fidèle à la volonté des Etats membres. (…)

L’OMVS est une illustration remarquable de la lucidité des fondateurs. L’édifice institutionnel est solide et a prouvé son efficacité pour atteindre les résultats remarquables que nous connaissons aujourd’hui. Ce 47ème anniversaire constitue une courte période comparée à la durée de l’évolution historique de nos peuples, fruit d’un effort constant. Mais, cette période relativement courte est riche de succès. Ses acquis nous incitent à la célébration, à la réflexion et aussi à la poursuite résolue de nos efforts pour l’avenir », a dit Cheikh Taliby Sylla.

Abondant dans le même sens, Niankoye Lamah, ministre d’Etat à la Santé, représentant du Premier ministre à cette cérémonie, a dit la joie du gouvernement et du peuple de Guinée de la tenue à Conakry de cette cérémonie. « Le retour de notre pays dans l’OMVS, en mars 2006, est aujourd’hui largement justifié au regard des résultats issus de la mise en valeur des projets régionaux, dont le plus important reste le Projet de Gestion Intégrée des Ressources en Eau et du Développement (PGIRE).

Faut-t-il le rappeler, le PGIRE est un programme de développement multisectoriel qui a pour objectif multiple, le renforcement de l’intégration régionale des quatre pays riverains du fleuve et l’amélioration des conditions de vie des populations. (…) La mise en œuvre de la première phase du PEGIRE a abouti à des réalisations prépondérantes dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche, de la lutte contre les maladies hydriques dans les zones d’intervention du projet », a-t-il indiqué.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com