Les étudiants de l’Université de N’Zérékoré ont boudé les salles de classe ce jeudi, 14 mars 2019, pour protester contre leurs conditions de vie et d’études. Ces étudiants exigent notamment : la construction d’une cantine universitaire, la prise en charge des étudiants et les véhicules de liaison pour les sorties de terrains, l’équipage des laboratoires, l’équipement en médicaments de l’infirmerie de l’université, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Depuis près de trois mois, le Conseil des Etudiants de l’université de N’Zérékoré a déposé une plateforme revendicative auprès des autorités universitaires. Leur démarche vise à attirer l’attention des responsables sur leurs préoccupations. Mais, les points ne sont satisfaits que partiellement. C’est pour exprimer leur impatience, qu’ils ont boudé les cours ce jeudi.

Selon Mamady Touré, le président dudit Conseil, « c’est à l’issue d’une rencontre entre le Conseil des Etudiants, les chefs de classe, les conseils de faculté et de département que nous avons conçu une plateforme de revendication que nous avons déposé au rectorat. Ça fait deux mois de cela. Donc, nous avons demandé à ce qu’il y ait une cantine universitaire, à ce qu’on ait les moyens de déplacement pour les sorties de terrain, à ce que l’infirmerie soit équipée, les labos qui sont à l’université ne sont pas équipés.

Donc, nous avons également demandé à ce que les labos soient équipés, la prise en charge des sorties de terrain, et le courant qui vient à 9h et part à 14 heures, cela ne nous arrange pas. Nous avons également sollicité que ça vienne à 9heures et parte à 18 heures parce que nous avons deux groupes pédagogiques », a-t-il énuméré.

Interpellé à ce sujet, le recteur de l’université de N’Zérékoré, Dr Ousmane Wora Diallo, annonce avoir trouvé un accord de sortie de crise avec les étudiants grévistes. « Les étudiants ont déposé une plateforme revendicative qui est en voie de résolution. Et, un certain nombre de problèmes, je crois au nombre de sept, sont réglés.

Ils restaient cinq problèmes en vue et qui étaient toujours dans la perspective de résolution par tranche. Donc malheureusement, malgré que la porte du dialogue soit ouverte, le 12 mars, ils ont déposé un préavis de grève.

C’était même un préavis et un avis en même temps, parce que qu’ils disaient que si les cinq problèmes qu’ils ont-là ne sont pas réglés, ils seront en grève à partir du 14 mars. Mais, puisque nous étions dans la logique de résoudre ces problèmes, nous les avons appelés le même jour, le 12 mars, nous avons discuté avec eux sur le problème. Nous avons balisé les solutions et nous avons poursuivi les débats hier, le 13 mars, et on a trouvé un consensus », a dit le recteur.

Les étudiants, qui n’ont boudé les cours que pour ce jeudi, mettent en garde les autorités universitaires par rapport à leurs engagements. « Si toutefois le rectorat n’arrive pas à respecter ses engagements, nous serons obligés de reprendre et poursuivre la grève jusqu’à la satisfaction de nos points de revendication », prévient Mamady Touré.

A suivre !

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com
Tel : (00224) 620 16 68 16/666 89 08 77

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com