La journée internationale des droits des consommateurs a été célébrée ce vendredi, 15 mars 2019. Une journée qui intervient à un moment où les consommateurs guinéens sont à la croisée des chemins avec un marché inondé de produits impropres à la consommation. Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com, Ousmane Keïta, président de l’Union des Consommateurs de Guinée (UCG) a fait l’état des lieux dans notre pays.

Chaque 15 mars, l’humanité célèbre la journée internationale des droits des consommateurs. Une façon de montrer aux consommateurs qu’ils ont des droits qui sont à respecter.

En faisant l’état des lieux dans notre pays, Ousmane Keïta, président de l’Union des Consommateurs de Guinée, a dit que la situation est peu reluisante. « Parce qu’il y a beaucoup à faire dans tous les domaines, que ça soit dans le domaine de la téléphonie cellulaire, que ça soit dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Il y a beaucoup de travail à faire, dire que tout va bien, c’est une grosse erreur. Mais, on va dire que les politiques, les stratégies et les moyens sont mis en œuvre par les différents acteurs tant au niveau du gouvernement que de la société civile pour que les choses aillent mieux ».

En ce qui concerne le respect des droits des consommateurs dans notre pays, Ousmane Keïta a souligné que cela est dû à la méconnaissance des droits par les consommateurs eux-mêmes. « Avant que ces droits ne soient respectés, il faut que ces droits soient connus. Nous estimons que le consommateur doit d’abord connaitre son droit. Pour dire que je suis lésé, c’est que tu connais.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de plaintes sur la téléphonie cellulaire, beaucoup de consommateurs se plaignent pour nous dire attention, sur tel opérateur la communication va trop vite. Il le dit, mais il n’amène aucun justificatif. En ce moment-là, vous comprendrez que pour pouvoir prendre en compte sa requête, ça nous sera très difficile », a expliqué Ousmane Keïta.

Pour freiner cette méconnaissance de leurs droits par les consommateurs guinéens, Ousmane Keïta annonce qu’ils « vont faire la promotion des droits des consommateurs à travers une communication très pointue, que ça soit au niveau des médias ou en termes de sensibilisation. Une fois que chacun connait son droit, à partir de là, chacun pourra mieux se défendre. Donc, notre stratégie c’est de commencer par la promotion des droits des consommateurs ».

La question relative à l’arraisonnement puis la disparition d’un camion contenant de faux médicaments n’a pas été occultée par le président de l’Union des Consommateurs de Guinée. Ousmane Keita a précisé que c’est Medicrime qui est chargé de lutter contre les produits prohibés mais, il peut donner son avis. « Nous ne sommes pas policiers, nous nous battons pour l’intérêt des consommateurs. Nous ne connaissons pas réellement les tenants et les aboutissants dans cette action.

Tout ce que nous savons, c’est que d’après nos informations, ce camion a disparu dans l’enceinte de la Gendarmerie et que c’est un haut gradé de cette structure qui a été mis aux arrêts. S’il s’avère que ce haut gradé est impliqué dans ce cercle-là, je pense que des mesures coercitives seront prises très rapidement de façon à donner l’exemple aux autres autorités qui auraient l’intention de commettre de tel acte », souhaite-t-il.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com