La Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education (FSPE) s’active sur le terrain pour le renforcement des capacités de ses membres. C’est dans cette dynamique qu’elle a organisé récemment un atelier de formation de quatre (4) jours en faveur des élus syndicaux de la FSPE des trente trois (33) préfectures de la Guinée et des cinq (5) communes de Conakry, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette initiative de la FSPE a été prise en collaboration avec le Syndicat National des Enseignants du Secondaire (SNES-France). C’est le siège du Conseil Economique et Social (CES) qui a abrité cet atelier de formation.

Dans son discours, Salifou Camara, secrétaire général de la Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education, a expliqué le bien fondé de la tenue de cette formation. « Vous savez, maintenant, dans le mouvement syndical, il y a beaucoup de problèmes et de cacophonie. Donc, la nouvelle génération avait besoin d’une formation, il faut les former pour qu’ils sachent leur devoir et leur droit en tant que syndicaliste, qu’ils soient imprégnés aussi de l’historique du syndicat, savoir ce que nos devanciers ont fait et qu’est-ce qu’ils ont eu comme acquis.

Il fallait aussi leur donner des informations sur les conventions qui protègent un syndicaliste, qui les autorisent à agir sur le terrain. Aujourd’hui, un syndicaliste mal formé, c’est quelqu’un qui est dans les nuages, dans le noir et c’est quelqu’un qui peut détruire la société. Mais, quand on est bien formé et qu’on connait son droit et son devoir, tu sais comment agir. C’est ce qui nous a motivé de communiquer avec nos structures à la base pour la tenue de cette formation », a fait savoir Salifou Camara.

Au cours des échanges entre les participants, un diagnostic des difficultés rencontrées par les syndicalistes a été fait par les organisateurs. Selon le secrétaire général de la Fédération Syndicale des Professionnelle de l’Education, ces difficultés sont : « le manque de la tenue régulière des réunions syndicales. Ensuite, il faut aller vers eux pour les enseigner, pour les sensibiliser. Le mouvement syndical n’est pas un mouvement politique. Le syndicaliste défend les travailleurs et protège le travail », a laissé entendre Salifou Camara.

Les thèmes abordés au cours de cette formation ont été fortement appréciés par les participants. Interrogé à ce sujet, André Michel Léno, secrétaire général de la FSPE à Kissidougou, a donné son point de vue. « Nous avons appris comment les syndiqués doivent vivre dans leur mouvement syndical et appeler d’autres membres à adhérer au mouvement syndical. Ce que j’ai reçu dans la formation me donne une nouvelle motivation pour prendre un nouvel élan dans la vie du mouvement syndical », s’est réjoui André Michel Léno.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com