Le déguerpissement en cours à Kaporo Rails et Kipé 2, dans la commune de Ratoma, tout comme les appels à la révision de la Constitution en faveur du président Alpha Condé ont dominé les débats à l’assemblée générale de l’Union des Forces Républicaines de ce samedi, 16 mars 2019. La rencontre, tenue au siège du parti à Matam, a été présidée par Hadja Aissata Daffé, entourée de certains responsables de l’UFR, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Hadja Aïssata Daffé

Très révoltée par l’impitoyable démolition des maisons à Kaporo Rails et Kipé 2, Hadja Aissata Daffé dira manquer de mots pour exprimer sa désolation devant cette tragédie. « Je suis peinée, les mots me manquent pour exprimer ce que je sens. Pour construire une maison, il faut des années. Un pauvre fonctionnaire, père de famille, qui économise pendant 30 ans pour avoir une maison, pour ne pas laisser ses enfants comme ça… quelqu’un qui n’a jamais construit de ses propres efforts, vient en une minute, détruire tout ça. Je suis une mère de famille, j’ai vu ces mamans avec ces enfants, je suis vraiment touchée, on ne peut pas l’exprimer », a dit la présidente nationale des femmes du parti.

Selon elle, bien que Kaporo Rails et Kipé 2 soient des domaines réservés, l’Etat devrait procéder autrement, en poursuivant les gens qui ont délivré les papiers aux citoyens et quoi ont permis de construire dans cette zone. « C’est vrai que c’est des zones de l’Etat. Mais c’est la manière qui a déçu, L’Etat devrait procéder autrement. L’Etat devrait indemniser ces pauvres citoyens avant de les déguerpir. Je me rappelle bien, au moment où on devait construire la cité chemin de fer, ils ont construit d’abord Sangoyah. Ils ont construit là-bas, avant de casser. C’est quand ils ont été transférés à Sangoyah cité qu’ils sont venus casser. Ça, quand même c’est humain. Mais aujourd’hui, ceux-là qui ont travaillé, qui ont saigné, non seulement l’effort financier, mais l’effort physique, et vous savez ce que cela coûte ; et qu’en une seconde, on voit les pères de familles, les mamans, qui sont là arrêter, en train de voir la démolition de leurs maisons… Les enfants viennent de l’école et ils dorment à la belle étoile. Les gens qui ont remis les papiers à ces pauvres personnes doivent être poursuivis. L’Etat doit les poursuivre. L’Etat doit comprendre que ces sont des pères de familles qui ont quitté avec leurs enfants, des enfants qui sont dans des salles d’examens… »

Aly Badara Koné

De son côté, Aly Badara Koné, secrétaire général du conseil national des jeunes de l’UFR, n’a pas caché son amertume face aux gens qui encouragent la révision constitutionnelle et le 3ème mandat pour Alpha Condé. Monsieur Koné a demandé aux jeunes et aux femmes du parti de se lever pour barrer la route à ceux qui s’inscrivent dans cette démarche. « Tous les jeunes et toutes les femmes du parti doivent se lever pour barrer la route à ceux qui veulent changer notre Constitution pour un éventuel 3ème mandat. Ceux qui sont en train d’encourager cela sont tous des délinquants, des voleurs, des ennemis des guinéens, des criminels. Bouna Keïta est un délinquant, Ibrahima Traoré est un délinquant, Paul Moussa Diawara est un délinquant. Ce sont eux qui ont organisé au Palais du Peuple une cérémonie en faveur du 3ème mandat. Ce sont des voleurs », a martelé avec véhémence Badra Koné.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin