Le parti du Changement, Progrès, Unité de la Guinée (CPUG), a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi, 16 mars 2019 à son siège, situé au quartier Minière dans la commune de Ratoma. A l’occasion de cette rencontre présidée par Abel Sâa Tonguino, Contrôleur Général du parti, plusieurs sujets ont été débattus. Le parti de Dr Ibrahima Sakho s’est montré indigné face à la situation qui prévaut dans certains secteurs de la vie nationale et annoncé sa détermination à travailler pour changer cette situation, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Devant les militants du parti massivement mobilisés, le Contrôleur Général du CPUG a dénoncé « la mauvaise gestion du gouvernement guinéen » qui, selon lui, empêche le développement du pays. Abel Sâa Tonguino s’est insurgé contre la situation du secteur de santé, évoquant notamment le cas du camion transportant des faux médicaments qui a disparu la semaine dernière.

Abel Sâa Tonguino

« Le camion transport des faux médicaments est passé où ? Les faux produits sont distribués aux guinéens. Chaque année, 550 femmes meurent en état d’accouchement sur 100.000. Qui va prendre en charge ces enfants orphelins ? (…) Est-ce que vous êtes satisfaits des structures de santé qui sont en place ? Elles sont en très mauvais état et en insuffisance. Le projet de société du CPUG, dans le secteur de la santé, c’est la construction de centres hospitaliers significatifs et universitaires. Le CPUG a des moyens, nous allons les utiliser et les partager avec le peuple », a-t-il dit.

Autre secteur qui préoccupe le parti dirigé par Dr Ibrahima Sakho, c’est celui de l’éducation. Et à ce niveau aussi, le CPUG dépeint un tableau noir. « L’assainissement du fichier des fonctionnaires de l’enseignement doit commencer le 18 mars. Entretemps, l’inspection régionale de l’éducation de Labé a sillonné les préfectures de Koubia, de Pita, de Lélouma où on trouve 2 groupes pédagogiques dans une seule classe et un seul enseignant, c’est-à-dire 3 salles pour 6 classes.

Au moment où il n’y a pas d’écoles, il n’y a pas d’enseignants, on va recenser qui ? On va assainir quel fichier ? La situation de l’université Gamal est aussi grave. Chaque année, des recrutements sont faits, les étrangers qui viennent étudier en Guinée, notamment en médecine, où l’argent là part ? Allez-y regarder l’état de Gamal, on dirait qu’il n’y a personne là-bas. Avec Dr Ibrahima Sakho, nous allons dénicher les trous où l’argent rentre et qu’on n’arrive pas à voir. Nous allons mettre ça au profit des Guinéens », promet Abel Sâa Tonguino.

L’opposant a évoqué aussi le déguerpissement des habitants de Kaporo Rails et de Kipé 2, dans la commune de Ratoma. Une situation qu’il regrette et dénonce avec vigueur. « On était à 9.000 personnes déguerpies la fois dernière, nous sommes aujourd’hui à plus de 10.000. Ils ont démolis 953 bâtiments pour construire zéro. Il faut qu’on réfléchisse à ça.

Non seulement ils sont incapables de construire des logements sociaux, ils se mettent à casser les logements des pauvres gens. Il y a 25 sites qui appartiennent à l’Etat, mais pourquoi c’est Kaporo seul qui est touché ? » S’interroge-t-il. « Voilà des problèmes auxquels nous allons nous attaquer. Nous allons mettre fin à ça », a laissé entendre le Contrôleur Général du CPUG.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin