Le verdict est tombé dans le dossier Ministère Public contre Daye Chérif, sergent Sékou Traoré, en service au camp de la troisième région militaire de Kankan, et Mamady Kanté, ce lundi 18 mars 2019, au tribunal criminel de Kankan. Accusés de viol collectif sur une mineure, les trois accusés ont été reconnus coupables et condamnés à 10 ans de réclusion criminelle, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après trois audiences dans ce dossier criminel, la sentence a été prononcée ce lundi. Les trois accusés ont été condamnés à 10 ans de réclusion criminelle avec une période de sureté de 5 ans.

Arès la lecture du verdict, le Ministère Public et la défense ont tous décidé de faire appel de cette décision du tribunal.

Selon maître Ibrahima Kalil Kanté, avocat de la défense, « la loi a dit que toute décision qui tombe et qui ne vous plait pas, vous êtes obligé de voir devant, peut être que ceux-ci verront mieux. Ils ont dit 10 ans. Moi, je dis que 10 ans, c’est trop. Donc, j’ai le droit de choisir le second ressort pour permettre que cette décision soit enlevée et que mes clients recouvrent leur liberté », a laissé entende l’avocat.

Le parquet s’est également dit insatisfait de cette décision du tribunal. Selon le procureur Aly Touré, « le parquet n’est pas satisfait, parce que nous avons demandé 20 ans de réclusion criminelle, le tribunal a accordé 10 ans de réclusion criminelle, ce n’est pas satisfaisant. Quand vous voyez que trois grands gaillards qui violent collectivement une mineure et que le tribunal donne 10 ans, alors qu’on avait requis 20 ans, il y a de quoi ne pas se réjouir. Mais bon, le tribunal est indépendant dans la décision.

Nous aussi, nous avons le droit de dire qu’on n’est pas d’accord. Donc, nous allons user de notre voie de recours que nous allons faire bientôt d’ailleurs, pour que le dossier aille en appel pour être rejugé, parce que nous estimons que la sentence n’est pas à la hauteur de la forfaiture ».

A noter que depuis le début des audiences criminelles à Kankan, c’est la première fois que le Parquet décide de faire appel d’une décision du tribunal.

Pour rappel, les faits remontent au 16 septembre 2018. Ce jour-là, les trois accusés sont sortis en patrouille dans la commune urbaine de Kankan. Aux environs de 21 heures, ils sont venus trouver la victime, âgée de 17 ans, en compagnie de son petit ami. Pris de peur, le jeune homme a pris la fuite, laissant la victime avec les trois accusés.

Les trois individus ont appréhendé la victime en faisant semblant de l’envoyer au camp militaire. Mais, ils ont plutôt conduit la jeune fille dans un bâtiment en chantier où ils l’ont violée à tour de rôle.

Le lendemain matin, le nommé Daye Chérif s’est chargé de ramener la victime dans son quartier. Il a aussitôt été mis aux arrêts, et a dénoncé ses complices. Ces derniers ont été également arrêtés.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA, pour Guineematin.com

Tél : 00 224 627 24 13 24

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com