Ce n’était un secret pour personne. Alhoussény Makanéra Kaké est bien favorable à un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Il a réitéré sa position en conférence de presse ce jeudi, 21 mars 2019, à Conakry. Pour cela, le président du FND souhaite l’élaboration d’une nouvelle Constitution, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

La Constitution actuelle sur laquelle Alpha Condé a prêté serment lors de sa prise de pouvoir et qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels, n’est pas l’émanation du Peuple. C’est l’un des arguments d’Alhoussény Makanéra Kaké pour justifier sa position favorable à une modification constitutionnelle. « La Constitution de 2010 a consacré le poste de Premier ministre, mais est-ce que notre Premier ministre est un chef de gouvernement comme la Constitution l’a dit ? Il ne peut nommer ni révoquer, ça pose une question fondamentale.

S’il y a des gens qui sont pour cette Constitution, il faut qu’ils sachent qu’il y a d’autres guinéens qui veulent d’une nouvelle Constitution. Lorsque nous prenons cette Constitution, aucun juriste ne peut nous convaincre que cette Constitution a été établie d’une manière démocratique. Il y a trois manières d’établir une Constitution : soit la manière autoritaire, soit semi-autoritaire ou démocratique. Dans l’élaboration démocratique d’une Constitution, on commence d’abord par élire l’Assemblée constituante.

C’est le peuple qui lui confère ce droit de rédiger une Constitution. Lorsqu’elle est rédigée, cette Constitution est soumise au même peuple pour l’adopter. Ni l’un, ni l’autre cas n’ont été respectés avec la Constitution de 2010. Ce qui par contre, ne peut nullement pas nous amener à dire que cette Constitution est démocratique », soutient l’ancien ministre de la communication.

Il poursuit son argumentaire en relevant des insuffisances dans la Constitution actuelle. « Aujourd’hui, notre Premier ministre n’est pas chef de gouvernement. C’est écrit mais il ne peut révoquer, ni nommer, donc il n’est pas chef de gouvernement. Deuxième aspect, l’équilibre du pouvoir : lorsque vous prenez la loi des finances par exemple. Si vous prenez l’article 76 de notre Constitution, il dit que si la loi des finances n’est pas adoptée par l’Assemblée nationale, le président peut prendre un décret pour mettre en vigueur cette loi de finance », a fait remarquer Makanéra Kaké.

C’est pour corriger toutes ces « insuffisances », indique le président du parti FND, qu’il souhaite l’élaboration d’une nouvelle Constitution. Toute chose qui devrait permettre au président Alpha Condé de briguer un nouveau mandat. D’où la division des Guinéens sur la question. « Notre volonté, ce n’est pas l’alternance seulement, nous voulons l’alternative. J’ai entendu les gens dire troisième mandat, je suis contre parce que je suis républicain. Troisième mandat, la Constitution s’y oppose, ce n’est même pas les leaders.

Je suis pour l’élaboration d’une nouvelle Constitution. Si cette nouvelle Constitution est élaborée, si Alpha Condé est candidat, il sera à son premier mandat avec la nouvelle Constitution. Si demain le peuple de Guinée adopte par voie de référendum une nouvelle Constitution qui lui permet d’être candidat, nous, nous allons l’obliger, même s’il ne veut pas », a lancé Alhoussény Makanéra Kaké.

Il souligne à ce sujet que tous les leaders politiques qui s’opposent à un troisième mandat pour Alpha Condé, ont tous été Premier ministre de Lansana Conté pendant que ce dernier était à son troisième mandat à la tête de la Guinée.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com
Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com