Fidèle à sa politique sociale, la SMD (Société Minière de Dinguiraye) a procédé à une remise d’un don de matériels informatiques au Tribunal de Première Instance (TPI) de Faranah, ce jeudi 21 mars 2019. C’est devant les autorités communales et les citoyens que cette remise a eu lieu dans les locaux dudit tribunal, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La SMD continue son offensive vers les préfectures de l’intérieur du pays. C’est dans cette dynamique qu’elle a offert un don de matériels informatiques et accessoires au Tribunal de Première Instance de Faranah. D’une valeur de 60 millions 310 mille francs guinéens, ce don est composé de deux (2) ordinateurs, deux (2) imprimantes Canon, une photocopieuse, deux panneaux solaires avec accessoires.

Selon maître Ibrahima Kadiatou Camara, avocat à la Cour, directeur des Affaires Juridiques et Relations Publiques de la Société Minière de Dinguiraye (SMD) à Léro, « il est de l’intérêt de la SMD, à l’image de toutes les sociétés minières, de contribuer au développement de la République de Guinée, mais aussi à côté du gouvernement guinéen.

Alors, nous avons visité ce tribunal, nous avons vu les conditions dans lesquelles ces magistrats sont en train de travailler, dans l’absence totale d’électricité et de matériel informatique. Les jugements qui sont rendus, les manuscrits sont saisis dans des cybers et, donc en dehors du tribunal.

Ce qui comporte un risque de manipulation sans compter que dans l’obscurité, les magistrats ne peuvent pas travailler. Donc, c’est pour palier à cette insuffisance que la SMD, à travers mon initiative, a accepté d’accompagner le tribunal en apportant cette assistance en panneau solaire pour éclairer le tribunal, mais aussi en matériel informatique : des ordinateurs, des imprimantes et une photocopieuse pour faciliter leur travail et espérer améliorer le fonctionnement du TPI de Faranah », a dit maître Ibrahima Kadiatou Camara.

Il rappelle que le TPI de Faranah n’est pas le premier d’ailleurs à bénéficier d’un appui de la SMD. « Nous ne sommes pas à notre première action. Nous avons apporté des assistances au tribunal TPI de Siguiri, à la Justice de Paix de Dinguiraye, à la Cour d’Appel de Kankan, et en 2019, nous continuons avec le tribunal de Faranah », a souligné le directeur des Affaires Juridiques et Relations Publiques de la SMD.

Mamoudou Lébéré Baldé, procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Faranah, a dit sa satisfaction devant ce geste magnanime. « Par rapport à la réception de ce don de la part de la SMD, c’est un sentiment de joie, de satisfaction qui m’anime. Je me réjouis à plus d’un titre d’avoir reçu ce matin ce matériel venant de la SMD.

Quand on est arrivé, vous connaissez l’état des lieux de ce tribunal. Nous, on s’est dit qu’on ne peut pas rester comme ça sans travailler et heureusement comme vous l’avez constaté, on a fait les couches de peinture pour un peu harmoniser l’hygiène de notre travail.

Par après, on a pensé également à ces ordinateurs. Maintenant, comme on a un ami qui est avocat aussi, il est le directeur du département juridique de la SMD, il est venu nous rendre visite. Immédiatement, on lui a posé le problème. On s’est dit, est-ce qu’avec la SMD on peut soit procéder à la rénovation de nos logements ou qu’est-ce que la SMD peut faire pour le tribunal de Faranah ?

Il nous a répondu que Dinguiraye relève de la région administrative de Faranah, mais c’est Dinguiraye qui est prioritaire par rapport aux redevances. Comme ça, on ne peut pas élargir ça au niveau de la population de Faranah.

Mais, comme Dinguiraye fait partie de la région administrative de Faranah, et lui comme il a un petit budget, il pourra voir tout ce qu’il pourra faire pour nous… Franchement, si on a reçu ça aujourd’hui ici, ça ne peut que nous réjouir davantage et on promet qu’on va en faire bon usage et on va se battre pour l’amélioration de notre travail, parce que la justice doit être autonome et cette autonomie, c’est pour pouvoir gérer tous les actes du tribunal.

Vous avez vu tout dernièrement même avec l’affluence qui était là pour le recrutement au niveau de l’armée et on était obligé soit de recruter des gens ou aller chez les prestataires privés pour pouvoir faire nos actes. Ce n’est pas bon, ce n’est pas commode. Mais, avec cela, certainement on pourra améliorer nos conditions de travail en tant que magistrats, et satisfaire les citoyens qui bénéficient des actes qui sortent du tribunal », a dit le procureur.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com
Tel : (00224) 620 24 15 13

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com