Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a entamé une tournée dans les institutions d’enseignement supérieur. Abdoulaye Yéro Baldé a posé ses valises hier lundi, 25 mars 2019, à l’Institut Supérieur Agronomique et Vétérinaire (ISAV) de Faranah. La démarche vise à toucher du doigt les réalités du terrain, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après la visite du champ d’expérimentation de l’institut et le laboratoire, qui a du mal à être équipé, Abdoulaye Yéro Baldé, a rencontré les 3665 étudiants avant de faire une rencontre à huit clos avec les 98 enseignants-chercheurs de l’ISAV.

Dans son intervention devant les étudiants, Abdoulaye Yéro Baldé s’est accentué sur la formation des formateurs, l’équipement des laboratoires, l’importance de l’institut de Faranah pour le pays, …

Selon Abdoulaye Yéro Baldé, « si on n’a pas un enseignement de qualité, ça ne sert à rien d’avoir les meilleurs équipements, les meilleures infrastructures. C’est comme un véhicule sans carburant. Donc, les formateurs sont au cœur de nos préoccupations. Nous allons équiper le laboratoire dont vient de parler monsieur le directeur général de l’institut.

On a déjà acheté les équipements qui ont coûté 5 milliards de francs guinéens. Ils sont embarqués dans le conteneur qui arrive de la Belgique et aussi certains équipements qui viennent par avion pour équiper ces laboratoires.

Et, j’espère que le président de la République lui-même sera là pour inaugurer ce laboratoire. Nous allons le faire dans tout le système, mais particulièrement à l’Institut Agronomique de Faranah qui est la seule institution agronomique du pays.

Vous avez eu la chance d’être dans cette filière. Le plus grand pourvoyeur d’emplois aujourd’hui dans le monde, c’est le secteur agricole et élevage. Vous êtes des ressources humaines que nous devons développer et accompagner, pour vous aider à relever le défi.

En tout cas, c’est la priorité du gouvernement. Un pays qui ne peut pas nourrir ses habitants n’est pas un pays indépendant. Nous ferons élever cet Institut dans les années à venir en centre d’excellence, parce que c’est fondamental pour le développement de notre pays. Pour la bibliothèque, nous allons nous employer pour améliorer davantage, y compris la déserte en eau », a dit le ministre de l’enseignement supérieur.

Abdoulaye Yéro Baldé a évoqué également l’aménagement des plaines de Founkama dont le financement est bloqué. Selon le ministre de l’enseignement supérieur, les négociations se poursuivent aussi pour connecter toutes les universités à la fibre optique.

Devant les promesses tenues par le ministre, des étudiants de l’ISAV ont exprimé leurs sentiments. Pour Kerfala Bangoura, étudiant en 3ème année Agroforesterie, « d’après ce qu’il a dit, certaines promesses sont en cours, d’autres sur le chemin d’être réalisées. Je suis sûr que ça va se réaliser. Concernant le coût de l’inscription et de la réinscription, qui est fixé respectivement à 250 mille et 200 mille FG, avec la situation de nos parents, c’est une somme qui n’est pas du tout supportable. J’aimerais qu’il arrive à voir un peu d’idées sur ça, afin qu’il nous change ça.

Pour le cas des logements aussi, avec la situation actuelle, certains étudiants dans le campus ont accès au logement. Mais, il y a une autre idée qui est en cours, selon laquelle, en 4ème année, les étudiants n’auront pas accès au campus. Pourtant, les logements du quartier, ce n’est pas du tout facile. Il faudra qu’il essaye de trouver une solution. Nous demandons au gouvernement d’essayer d’assister les étudiants qui évoluent au sein de l’ISAV de Faranah.

Les conditions de vie que nous avons ici, en suivant nos études, ne sont pas faciles. La théorie domine la pratique. Il faudrait qu’il essaye d’améliorer quelques conditions techniques qui pourront nous permettre d’avoir l’accès à la pratique des cours, surtout que la saison pendant laquelle nous étudions n’est pas une saison qui est favorable pour nous ».

Pour sa part, Oumou Salamata Barry, étudiante en 3ème année Economie Rurale, demande plus aux autorités dans le soutien à apporter à l’ISAV de Faranah. « C’est un sentiment de joie et de satisfaction parce qu’il a accepté de se déplacer, venir discuter avec les étudiants. Il a proposé beaucoup de choses, on attend la réalisation de ce qu’il a dit, parce qu’il ne suffit pas seulement de parler, mais il faut réaliser.

Je demande au gouvernement d’accompagner plus l’ISAV, parce qu’il est le seul institut supérieur à vocation agronomique dans tout le pays. Donc, on demande un accompagnement », a-t-elle déclaré.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224 620 24 13

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com