L’Inspection Régionale de l’Education (IRE) de Kindia, sous la direction de l’Inspection Générale de l’Education, organise un atelier régional de formation sur la vulgarisation de l’approche Formation en Gestion à la Base (FGB). Ouvert hier, vendredi 29 mars 2019, à l’école primaire du camp Kémé Bouréma de Kindia, cet atelier de 5 jours regroupe 84 participants venus de 16 écoles, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’objectif de cet atelier est d’outiller les communautés pour une plus large implication dans la vie de l’école, dans des domaines comme le contrôle de la présence des enseignants, la gestion des manuels et le suivi de l’apprentissage de la lecture par les parents non-lettrés.

Souleymane Bah, chargé de la formation continue à l’IRE de Kindia, formateur senior du projet, est revenu sur les particularités de cette formation. « Nous sommes à la troisième cohorte de formation des acteurs communautaires dans la cogestion de l’école. On avait commencé depuis 2013. On a formé 16 établissements. En 2016, on a formé 16. Et, nous sommes dans la vulgarisation. Cette fois ci, on a pris 16. Vous savez que l’école appartient à la communauté.

Donc, nous travaillons pour sensibiliser les communautés pour qu’elles viennent chaque matin pour contrôler la présence des enseignants, qu’ils s’intéressent à la gestion des livres, puisque le gouvernement a investi beaucoup d’argent par l’achat des livres pour les enfants. Donc, que les parents d’élèves s’impliquent dans la gestion des livres et aussi qu’ils s’intéressent, à la maison si les élèves utilisent les livres à bon escient », a dit monsieur Bah.

Par ailleurs, le chargé de la formation continue à l’IRE de Kindia, a laissé entendre que les séances se tiennent en langues nationales. « Je précise qu’on évolue en langue nationale pour que les participants soient fortement imprégnés de l’approche FGB (Formation en Gestion à la Base). C’est d’impliquer les communautés entièrement. Nous sommes à la phase de généralisation.

Donc tous ceux qui n’avaient pas été pris à la première et à la deuxième phase, nous les avons pris pour la troisième phase. Au fur et à mesure, nous allons impliquer toutes les écoles. Parmi les écoles, il y a 5 participants : le directeur d’école, le président de comité de développement, un enseignant, deux membres de la communauté plus une femme. Nous estimons avoir un bon résultat », a dit le formateur.

Pour sa part, Elhadj Mamadou Bobo Baldé, directeur de l’école primaire de Filigbé, a exprimé ses attentes. « Nous sommes là pour une formation sur le suivi et l’évaluation participative, sur la gestion des manuels scolaires avec la participation de la communauté. Donc, la communauté doit appuyer les encadreurs des écoles sur la gestion non seulement des manuels et sur la gestion du personnel.

Parce que, vous n’êtes pas sans savoir aujourd’hui que l’école élémentaire est dominée par les femmes. Donc, nos attentes, c’est comment faire participer la communauté pour contrôler et faire participer les élèves et les enseignants, puis rendre compte à qui de droit. Nous attendons aussi à être outillés pour la gestion de l’école, du personnel et des manuels scolaires ».

De son côté, Aly Badara Cissé, représentant des parents d’élèves, a dit sa satisfaction de participer à cette session de formation. « Nous avons été invités par le formateur pour suivre une formation capitale en tant que représentant des parents d’élèves. Ils disent qu’ils vont nous faire participer à la gestion des élèves et des enseignants de l’école, comment aussi encourager les parents des élèves sur l’entretien et la gestion des manuels scolaires. Il est prévu une simulation. Des manuels sur les pratiques d’usage sont présentés dans la salle de formation ».

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628516796

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com