Comme prévu, la marche de la colère des médias a eu lieu ce mardi, 02 avril 2019, à Conakry. A l’appel du syndicat des journalistes de la presse privée de Guinée, plusieurs journalistes et responsables d’associations professionnelles de médias ont défilé dans les rues de Kaloum pour exiger la libération du journaliste Lansana Camara, détenu illégalement à la maison centrale de Conakry, a constaté Guineematin.com à travers ses reporters qui étaient sur place.

Les hommes de médias se sont donné rendez-vous au rond-point du port autonome de Conakry. Ils ont entamé là leur « marche de la colère » jusqu’à la devanture du ministère de la justice, en passant par le ministère des Affaires Etrangères.

Durant tout le trajet, les manifestants brandissaient des banderoles et scandaient des slogans comme : « Libérez Lansana Camara » ; « Plus de journalistes en prison» ; « Honte magistrats zélés et corrompus » ; « Ministres prédateurs, corrompus ».

Devant le ministère de la justice où la manifestation s’est achevée, la porte-parole des manifestants a lu un discours dans lequel les journalistes dénoncent les atteintes à la liberté de la presse et exigent la libération de leur confrère Lansana Camara.

Ce dernier qui est administrateur général du site Conakrylive.info et correspondant de l’agence Chine Nouvelles en Guinée, est détenu depuis le 26 mars dernier à la maison centrale de Conakry. Et ce, malgré la dépénalisation des délits de presse en Guinée.

Son arrestation fait suite à une plainte déposée par le ministre des Affaires Etrangères, qui l’accuse de diffamation dans un article qu’il a écrit et qui révèle une tentative de détournement de fonds, impliquant le ministre en question.

Fatoumata Diouldé Diallo et Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com