Le ministère de la Justice et l’association des magistrats de Guinée ont organisé une conférence de presse commune, ce vendredi 05 avril 2019, dans les locaux du département. La démarche vise à dénoncer les propos « malveillants » tenus dans les médias par l’honorable Amadou Damara Camara, président du Groupe parlementaire de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale à l’endroit des magistrats et de l’appareil judiciaire de notre pays, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

L’honorable Amadou Damaro Camara, tout puissant chef de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale a choqué les responsables de l’appareil judiciaire guinéen lors de sa sortie dans l’émission « Les Grandes Gueules » de la radio Espace d’hier, jeudi 04 avril 2019. Au lendemain de cette sortie au cours de laquelle le député du RPG Arc-en-ciel s’en est pris à la justice guinéenne, les magistrats et leur département de tutelle se sont montrés très en colère contre lui.

Mohamed Aly Thiam, le président de l’association des magistrats de Guinée, dénonce des déclarations « outrageantes » face auxquelles son camp ne peut pas rester silencieux. « C’est d’autant insupportable que l’honorable député Amadou Damaro Camara se prête à ce jeu. Or, il est trop bien placé pour savoir que contre un magistrat indélicat, il y a un organe de sanction et des procédures de sanction.

Il n’a donc pas besoin d’aller à la radio pour jeter l’anathème sur l’ensemble de la justice. Il aurait pu très bien faire actionner contre le magistrat ou les magistrats indélicats, les processus prévues par la loi, pour mettre fin à de tels manquements », a-t-il dit.

Pour les magistrats, en allant dénigrer et même accuser des magistrats d’avoir pris de l’argent dans un dossier, l’honorable Damaro Camara ouvre une boite à pandore » et encourage même les citoyens à se révolter contre les magistrats. « Les propos de l’honorable Damaro sont séditieux. C’est des propos qui incitent les citoyens à se révolter contre les magistrats.

Ce sont des propos qui portent atteinte à l’honneur et à la dignité des magistrats et de la magistrature. Or, ces magistrats sont des pères et des mères de familles qui ont des enfants, qui ont des petits enfants, aujourd’hui pour lesquels, la dignité du père, la dignité du grand père est un certain joyau auquel il ne faut pas toucher (…)

Aujourd’hui, nous sommes préoccupés par la sécurité des magistrats à l’intérieur du pays. Premièrement, aucun Palais de justice, en dehors de la Coup d’Appel de Conakry, n’est protégé par un service de sécurité. Aucun magistrat n’est protégé par les services de sécurité. Ils sont facilement accessibles, ils sont soumis à tous les risques.

Et quand donc, on peut tenir des propos qui peuvent inciter des personnes à avoir une attitude de violence, à avoir des propos injurieux, diffamatoires, outrageux contre les magistrats, nous sommes préoccupés ».

Et, face à cette situation, ils n’excluent pas d’engager des poursuites judiciaires pour outrage, diffamation, et injures à l’encontre du député. « Qu’il (Damaro) n’oublie pas, qu’il l’a fait hors session. Sa protection, c’est en session, sa protection, ce n’est pas hors session. Je crois qu’à ce niveau, il y a lieu d’apprendre la loi.

L’immunité parlementaire a deux volets : en session et hors session. Et, il devrait faire très attention parce que le 12 avril prochain, je vais faire convoquer une assemblée générale des magistrats pour que nous statuons sur les différentes déclarations qu’il a faites dont nous avons les copies, afin de voir dans quelle mesure nous allons engager une poursuite contre lui en commençant par demander la levée de son immunité parlementaire », a annoncé Mohamed Aly Thiam.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com