Forum de l’Etudiant Guinéen 2019 : Casimir Diaora dit tout à Guineematin

La troisième (3ème) édition du Forum de l’Etudiant Guinéen (FEG) se tiendra du 17 au 19 avril 2019 au Palais du peuple de Conakry. Cette année, ce sont les trois ministères en charge de l’éducation (l’Enseignement Supérieur, l’Education Nationale et l’Enseignement Technique) qui organisent cet évènement.

Dans une interview accordée à un groupe de médias, dont Guineematin.com, Casimir Diawora, secrétaire général du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA), est revenu sur l’organisation du FEG, les activités programmées mais aussi les attentes des organisateurs.

La troisième édition du Forum de l’Etudiant Guinéen revêt un caractère particulier du fait qu’elle est organisée par les trois départements en charge de l’éducation en Guinée. C’est en prélude à cette activité que Casimir Diaora a eu à planter le décor en rappelant la particularité de cette édition.

« Le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation et le ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, du Travail et de l’Emploi ont travaillé sous la houlette de l’Enseignement Supérieur en commission interdépartementale.

Ils ont travaillé sur les TDR (Termes De Référence) et cela en harmonie. Parce que tous ces trois niveaux du système éducatif sont concernés par le Forum de l’Etudiant Guinéen. Il n’y aura d’étudiants que si l’éducation nationale a formé des enfants, éduqué des enfants qui ont franchi l’examen d’entrée au collège, le BEPC et le Baccalauréat.

Et, les meilleurs qui transiteront par l’enseignement technique et qui voudront terminer à l’enseignement supérieur, il va falloir qu’ils aient été bien formés ; non seulement à l’éducation nationale, mais aussi à l’enseignement technique.

Voilà ces beaux produits qui tombent au niveau de l’enseignement supérieur et ça fait la qualité des produits que sortira l’enseignement supérieur ultérieurement. Donc, travailler en harmonie, en symbiose, les trois départements qui ne constituent qu’un, a été la spécificité qui va marquer le forum de cette année et qui continuera désormais à marquer tous les forums de l’étudiant guinéen », a-t-il dit.

Par ailleurs, le secrétaire général du MENA est revenu sur l’objectif recherché à travers l’organisation du Forum de l’Etudiant Guinéen. Selon Casimir Diaora, « le FEG va permettre à ce que l’étudiant guinéen sache s’apprécier lui-même et sache disposer des opportunités qui sont offertes en matière de connaissances sur les orientations qu’il pourrait avoir dans l’enseignement supérieur.

C’est bien se connaitre pour bien s’orienter et pour mieux étudier, pour pouvoir être employé plus facilement possible, trouver l’emploi qui sied à sa personne, faire des études qui plaisent à la personne pour devenir un acteur de développement. Voilà ce que nous recherchons à travers le forum ».

Durant les trois jours du FEG, les élèves et étudiants auront de larges informations sur les spécialités pour lesquels ils peuvent opter, mais aussi sur les métiers d’avenir à apprendre. « L’enseignement technique et la formation professionnelle qui ont fait la force des pays comme l’Autriche, l’Allemagne, les Etats-Unis, en Guinée, cet enseignement technique est déconsidéré et tout le monde va vers l’enseignement supérieur.

La pyramide est renversée, voici ce à quoi nous devons travailler pour que les enfants puissent s’orienter vers les métiers d’aujourd’hui et de demain. Il va falloir courir maintenant derrière les métiers de notre temps, former les enfants dans ce sens pour que l’expression employabilité tienne et que les enfants puissent facilement trouver du travail ».

En outre, Casimir Diaora a évoqué le concours d’éloquence qui est l’une des particularités du Forum de l’Etudiant Guinéen. « Le concours d’éloquence, il vient à point nommé. Et déjà, il est pratiqué par d’autres structures, des ONG qui parlent de concours d’épellation, concours d’orthographe. Mais, qu’à ce niveau élevé qui est le Forum de l’Etudiant Guinéen, qu’on parle d’éloquence, c’est une très belle chose.

Pour la simple raison, il est répandu dans l’opinion guinéenne que nos enfants sont d’un niveau médiocre. C’est sûr qu’il y a un nombre d’élèves qui se retrouvent avec un niveau pas très élevé mais par contre, il y a un certain nombre d’élèves qui sont brillants, qui font la fierté des professeurs. Et nous-mêmes, département qui s’occupe de l’enseignement avant le supérieur et l’enseignement technique, nous avons des élèves qui font notre fierté.

L’éloquence qui nous permet de nous distinguer par la clarté ce que nous disons et par le savoir bien dire, c’est ce qui manque un peu. Allez voir nos jeunes débatteurs, soyez un peu aux abords des écoles, vous verrez ces enfants avec une rhétorique qui nous étonne positivement. Vous verrez ces enfants qui débattent des sujets et vous vous demandez d’où ils tirent toutes ces informations et ils parlent dès fois très bien. Voilà, c’est ce qu’il faudrait amener le système à généraliser ».

En ce qui concerne les attentes du MENA, Casimir Diaora va citer notamment : « la compréhension de ce qui attend l’élève admis ou non encore au baccalauréat au sein du système de l’enseignement supérieur ; que l’élève soit motivé et puisse travailler pour pouvoir entrer de manière valable et de manière qualifiée dans ce système. De manière qualifiée, c’est-à-dire que l’élève puisse avoir le baccalauréat avec une bonne mention.

Au lieu que les enseignants et les élèves ne continuent à s’orienter vers les disciplines pour lesquelles ils mettront beaucoup d’années à avoir du travail, il serait bon que les élèves s’orientent vers les disciplines qui sont très utilitaires, rapidement utiles qui puissent les faire accéder à des professions qui leur plaisent. Parce que le travail d’abord, il faut l’aimer.

Ensuite, que nos professeurs sachent comment orienter désormais au secondaire, que nos élèves cessent de fuir les mathématiques et qu’ils s’orientent vers cela de plus en plus pour que notre pays, à l’image des autres pays qui sont bien avancés, puisse maitriser les sciences et les mathématiques pour que son développement soit accéléré », a-t-il souhaité.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS