A Labé, les enseignants n’ont pas observé le mot d’ordre de grève lancé par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (Guinée). Les cours se sont déroulés normalement dans toutes les écoles de la ville, ce mercredi 10 avril 2019, a constaté un correspondant de Guineematin.com sur place.

Aux lycées Wouro, Hoggo M’Bouro, tout comme dans les autres établissements scolaires publics et privés de Labé, aucune perturbation n’a été enregistrée ce mercredi, 10 avril, première journée de la grève générale et illimitée déclenchée par le syndicat des enseignants, qui exige le respect du protocole d’accord signé en janvier par le gouvernement, dans son intégralité. Et, selon le chef section de la pédagogie à l’inspection régionale de l’éducation de Labé, ce n’est pas seulement dans la commune urbaine que la grève n’a pas été suivie.

Laye Keïta

Laye Keïta indique que dans toute la région de Labé, seule dans la préfecture de Lélouma les cours ont connu des perturbations. « On a entendu qu’une grève a été lancée par le SLECG. Je viens de rentrer d’une inspection avec madame l’inspectrice régionale de l’éducation. Au niveau de Labé, dans la préfecture, tout se passe dans les conditions souhaitées. A Koubia aussi, toutes les écoles ont étudié.

Seulement à Missira, on a appris qu’il y a eu quelques velléités, mais là-bas aussi, tout est rentré en ordre grâce à l’implication du maire de la commune rurale et l’APEAE. A Mali et à Tougué également, il y a eu cours. Dans la région, la seule préfecture où la grève a été suivie, c’est Lélouma. C’est dans cette préfecture où on a eu des difficultés mais des dispositions sont en train d’être prises pour y remédier », promet ce responsable de l’IRE de Labé.

Issa Soumaré

Interrogé sur cette situation, le secrétaire administratif régional du SLECG de Labé, Issa Soumaré, a expliqué les enseignants sont partis en classes tout simplement parce qu’ils n’avaient pas encore reçu l’avis de grève. « J’ai sillonné plusieurs établissements et j’ai constaté que certains enseignants ont respecté le mot d’ordre de grève, même si d’autres étaient en situation de classe. Cela est dû tout simplement au fait qu’ils n’avaient pas reçu officiellement l’avis du mot d’ordre de grève. J’ai déposé officiellement l’avis de grève auprès du bureau préfectoral du SLECG. Je suis sûr qu’à partir de ce jeudi, la grève va été suivie dans sa totalité », a estimé Issa Soumaré.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin