Les travailleurs de la compagnie minière CDM-Chine, évoluant dans la sous-préfecture de Daramagnaki (préfecture de Telimélé), sont partis en grève ce mercredi, 10 avril 2019. Ils revendiquent l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, a appris Guineematin.com, à travers son correspondant basé dans la préfecture.

Ce mouvement a été déclenché suite à l’expiration du préavis de grève que les travailleurs ont adressé récemment à leur direction générale et au gouverneur de Boké. Joint au téléphone, Gamy Joël, président du collectif des travailleurs de la compagnie, explique qu’ils ont déclenché cette grève pour exiger « l’amélioration de nos condition de vie et de travail. Imaginez, nous buvons l’eau de marigots et de rivières, donc une eau impure.

Nous demandons à la compagnie de nous doter d’une eau propre à la consommation pendant les heures de travail. Aussi, au lieu de nous donner des tickets, nous réclamons les casses croûtes. Le salaire est insignifiant, nous réclamons une augmentation de notre salaire de 100%. Nous ne sommes pas en sécurité et notre santé est en danger. Je vous informe que le problème est profond ».

Il ajoute qu’à la suite du préavis de grève que les travailleurs ont déposé, des négociations ont été entamées entre eux et leur direction. Mais, ces négociations n’ont pas permis de parvenir à un compromis. « Nous avons travaillé jusqu’à une heure tardive hier mais il y a des difficultés, on n’est pas parvenu à un accord. Donc, nous sommes obligés de respecter ce que nous avons mentionné dans le préavis que nous avons déposé. C’est pourquoi, nous sommes partis en grève à partir de ce mercredi », indique Gamy Joël.

Toutes nos d’avoir la version de la direction de CDM-Chine sont restées, pour l’heure, sans succès.

De Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tel: 622525250

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin