Même s’ils ont quasiment disparu dans la circulation à Conakry, les coupures de 100 francs guinéens sont encore visibles dans certaines parties du pays. Mais partout, ces billets ne sont le bienvenu. C’est le cas notamment à Bowé, une sous-préfecture de Yomou. Au cours d’un entretien avec le correspondant de Guineematin.com basé à N’zérékoré, le maire de cette commune rurale a déploré cet état de fait, avant de mettre en garde les citoyens de la localité.

A Bowé, avoir des billets de 100 francs est quasiment synonyme à ne rien avoir. Car, ces coupures ne sont pas acceptées sur le marché local. Mais, le maire de cette commune rurale de Yomou, Foromo Léonard Gbilimou, entend mettre fin à cette situation.

« Il a été porté à ma connaissance que certains de nos citoyens refusent catégoriquement de prendre les billets de 100 francs guinéens. Cette pratique doit être bannie immédiatement dans nos marchés puisque ces billets sont autorisés par l’Etat guinéen. Raison pour laquelle, on paie même les fonctionnaires avec ça », a expliqué l’autorité locale.

Foromo Léonard Gbilimou

Le maire met en garde d’ailleurs tous ceux qui refuseront désormais de prendre ces billets. « Quiconque refusera maintenant de prendre les billets de 100 francs, non seulement sa marchandise sera saisie par les agents mais aussi l’intéressé s’exposera à des sanctions disciplinaires. Il pourrait même être conduit en prison ou être soumis au paiement d’une amende », a prévenu Foromo Léonard Gbilimou.

A noter que le refus des citoyens de prendre les coupures de 100 francs s’explique le fait que ces billets ont très peu de valeur. Beaucoup les considèrent comme un simple bagage sans importance.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin