Paul Moussa Diawara, condamné pour le détournement d’environ 40 milliards à l’OGP

La condamnation de Paul Moussa Diawara, ancien Directeur Général de l’Office Guinéen de Publicité (OGP) ne laisse pas indifférente la classe politique guinéenne. Faya François Bourouno, le porte-parole du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN), s’est exprimé sur le sujet au micro de Guineematin.com, ce mardi 16 avril 2019. Contrairement à d’autres, l’opposant refuse de jubiler face à la condamnation de cet ancien commis de l’Etat qui était également un leader politique, allié de la mouvance présidentielle.

Pour lui, même si cette sanction peut être considérée comme un premier pas dans la lutte contre les détournements des deniers publics et la corruption en général, elle n’est qu’une d’eau dans l’océan. Ce responsable du parti de Lansana Kouyaté souligne qu’il y a de nombreux autres cadres de l’Etat qui doivent aussi être entendus par la justice par rapport à leur gestion des deniers publics.

Faya François Bourouno

« Si c’est le droit qui est dit, ça sera un premier pas. Mais, je pense qu’il y a encore beaucoup de choses à faire dans la lutte contre la corruption. Il y a des personnes qui sont connues, identifiées par le gouvernement lui-même et dénoncées par le président de la République, mais aujourd’hui qui sont parrainées par le gouvernement. C’est une justice à deux vitesses qu’on est en train de remarquer.

Si Paul Moussa a fait des malversations, il doit être puni. Mais, il ne faudrait pas que ça se limite à lui. Il y a d’autres aussi qui ont fait des malversations et il faudrait que cela soit appliqué à tout le monde. Pour le PEDN, la justice doit être valable et applicable chez tout le monde », a-t-il laissé entendre.

A rappeler que Paul Moussa Diawara a été condamné en même temps que Inza Bayo qui était son comptable à l’OGP, pour le détournement d’un montant de 39 milliards 679 millions 27 milles 698 francs guinéens. Chacun d’eux a écopé de 5 ans de prison ferme. Les deux hommes ont été condamnés aussi à rembourser le montant détourné, plus une amende de 50 millions chacun, et une somme de plus de 9 milliards de francs guinéens qu’ils doivent payer solidairement à titre de dommages et intérêts.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin