Présidant l’ouverture des travaux de la troisième édition du Forum de l’Etudiant Guinéen (FEG) ce mercredi, 17 avril 2019, à Conakry, Alpha Condé a remué le couteau dans la plaie des enseignants. Le chef de l’Etat a, une nouvelle fois, dénoncé vigoureusement le faible niveau de certains formateurs. Le président de la République a promis donc l’assainissement du secteur, annonçant qu’il n’a peur ni des grèves ni des manifestations qui peuvent en résulter, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

« Nous avons fait une dictée au niveau des enseignants, dictée du niveau de CE2. On a mis 20 fautes. Sur 700 enseignants, 70% n’ont pas trouvé les 20 fautes. Et sur les 70 %, 25 ont ajouté des fautes. Alors, comment peut-on enseigner quelqu’un qui est au CM2 quand on ne peut même pas corriger une dictée de CE2 ? Voilà le véritable problème. Donc, la formation des formateurs est un problème fondamental. On doit avoir le courage, dire que ne pourrons enseigner, que des gens qui sont sortis des Ecoles Normales d’Instituteurs, des gens qui sont sortis des écoles professionnelles. Il faut avoir ce courage.

Un gouvernement n’est pas à la traîne de l’opinion, mais il doit orienter l’opinion. On ne doit pas avoir peur de l’opinion, il faut qu’on se dise la vérité. Il y a beaucoup d’enseignants qui n’ont pas le niveau. Il faut que désormais les gens qui doivent enseigner à l’école primaire, soient des gens qui sont sortis de l’école des instituteurs. Même si c’est la bagarre ou les grèves on fera face. On ne veut plus d’un enseignement au rabais. Un gouvernement doit avoir le courage de se battre pour son pays. Tant que moi je serai président, je n’ai pas peur des grèves, je n’ai pas peur des manifestations. On fera ce qui est dans l’intérêt de la Guinée, c’est-à-dire, donner aux élèves, aux étudiants, des enseignants qui ont le niveau »

Ensuite, Alpha Condé a reconnu que le gouvernement doit construire des écoles à l’intérieur du pays pour que les enfants puissent bénéficier de la même éducation que ceux de la capitale. Mais à ce niveau aussi, il fustige l’attitude de certains enseignants mutés à l’intérieur et qui refusent de s’y rendre. « Il ne s’agit pas de construire des écoles s’il n’y a pas d’enseignants. Or, les enseignants doivent signer un engagement pour dire que dans les 5 et les 10 premières années, ils vont servir à l’intérieur du pays, non pas à Conakry. Il faut qu’on ait le courage de prendre à bras le corps le système éducatif sans avoir peur ni des étudiants, ni des enseignants, ni des syndicats, ni de personne. Mais faire ce qui est dans l’intérêt de ce pays à travers une jeunesse qui sera à la hauteur demain ».

Enfin, le professeur Alpha Condé a encouragé le développement de l’enseignement technique dans notre pays. « Il est extrêmement important que nous développions l’enseignement technique. Parce que l’économie n’a pas besoin que seulement des ingénieurs mais elle a besoin des gens qualifiés dans tous les secteurs. Et ensuite, à côté des métiers traditionnels, nous avons ce vous appelez aujourd’hui les nouveaux métiers. C’est l’avantage des Ecoles Régionales des Arts et Métiers (ERAM). Donc, nous devons qualifier l’enseignement professionnel pour ne laisser aucun enfant de la Guinée au bord de la route parce que tout le monde ne peut pas aller à l’université. Au lieu qu’ils n’arrêtent les cours parce qu’ils ne peuvent pas aller à l’université, il faut qu’ils aient des écoles professionnelles, des centres d’apprentissage qui leur permettent d’être utiles à eux, à leurs familles mais aussi à la nation ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77 / 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin