De nos jours, plusieurs citoyens qui ont des ambitions démesurées se font arnaquer par des marabouts et autres féticheurs, détenteurs des pouvoirs surnaturels. Les victimes de ce genre d’arnaques saisissent souvent les tribunaux de la place pour réclamer les biens que leur ont extorqués par leurs arnaqueurs.

C’est le cas de Fabrice Tonguino et Josephine Haba qui poursuivent Jean Donzo et Laye Djiba Kourouma pour escroquerie et blanchiment d’argent, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ces deux plaignants disent avoir été victimes de la magie de Jean Donzo et de Laye Djiba Kourouma à qui ils ont remis un montant de plus de 57 millions de francs guinéens, dans l’objectif de devenir riches. Aujourd’hui, cette affaire est pendante au niveau du tribunal de première instance de Kaloum où le dossier a été requis et plaidé hier, mardi 16 avril 2019, après plusieurs audiences tenues à cet effet.

Prenant la parole pour ses plaidoiries, le conseil de la partie civile maître Bernard Saa Dissi Millimono, a longuement narré les faits de cette procédure.

« Dans cette affaire c’est Fabrice Tonguino qui est tombé malade. Et, dame Joséphine Haba l’a accompagné chez Jean Donzo pour se soigner. Ce dernier a réussi à le guérir et le patient a payé 200 mille francs guinéens. Quelques mois après, c’est Jean Donzo qui appelle Fabrice Tonguino pour lui dire qu’il a fait un rêve pour sa réussite. C’est ainsi que Fabrice Tonguino est revenu le voir.

Jean Donzo lui a demandé d’envoyer une valise, il a envoyé. Il a demandé à Fabrice Tonguino de rester dehors un instant. Après, il lui demande de rentrer. Et dès qu’il est rentré, il a trouvé que la valise est remplie de billets de banque composés de dollars, euros et du franc guinéen. Jean Donzo lui a dit que pour être en possession définitive de ces billets, il y a des sacrifices à faire. Pour ce sacrifice, il demande à Fabrice d’envoyer entre autres : un mouton, de l’or, l’eau de la mer rouge, un parfum de marque loura, et 7 colas blancs.

Ainsi, Fabrice a sillonné tout le marché de Madina pour chercher l’eau de la mer rouge. Il n’a pas trouvé. C’est ainsi que Jean Donzo lui a dit que c’est seulement le surnommé « Big » qui est Laye Djiba Kourouma qui détient cette eau de la mer rouge. Et Fabrice Tonguino est allé acheter cette eau à 40 millions de francs guinéens. En tout, il a dépensé plus de 57 millions de francs guinéens pour ces sacrifices. Et depuis qu’il a remis ça à Jean Donzo, ce dernier est devenu introuvable. Il dit qu’il a perdu l’eau de mer rouge achetée à 40 millions, et depuis, il a coupé tous ses contacts », a relaté l’avocat.

Quant à madame Joséphine, poursuit-il, « c’est un montant d’un million de franc guinéen qui a été volé chez elle. Elle est allé chez le Donzo pour découvrir le voleur et le Donzo l’a mis dans les mêmes conditions que Fabrice Tonguino. Et, elle a dépensé plus de 10 millions de francs guinéens. Heureusement, Jean Donzo et Laye Djiba Kourouma ont été arrêtés et placés respectivement sous mandat le 28 février 2017 et le 17 mars 2017 », a-t-il précisé.

Après cette longue narration, Bernard Saa Dissi Millimono a demandé au tribunal de se déclarer incompétent de juger cette affaire en renvoyant le dossier au niveau du tribunal criminel. « L’ordonnance de renvoi de cette affaire demande à ce que ce dossier soit renvoyé devant le tribunal criminel. Je ne sais pas par quelle erreur ce dossier s’est retrouvé au correctionnel. Donc je vous demande de vous déclarer incompétent et renvoyer l’affaire au criminel » a-t-il plaidé.

Pour sa part, le ministère public, par la voix de monsieur Ousmane Sankon, a dit qu’il n’y a pas d’infraction à la loi pénale à l’égard des prévenus. Par conséquent, il a demandé au tribunal de les renvoyer des fins de la poursuite.

« C’est une escroquerie du genre surnaturel. Cette somme a été mise à leur disposition par les plaignants non seulement pour se faire guérir, mais aussi pour se faire de l’argent, devenir riche.

Si les victimes sont parties donner leur argent à des marabouts, des fétiches et des charlatans sans reçu, ni écrit, c’est à leurs risques et péril. Là, il n’y a pas infraction à la loi pénale à l’encontre des prévenus. Et, comme l’ordonnance de renvoi de ce dossier c’est au tribunal criminel, je vous demande de vous déclarer incompétent et renvoyer les prévenus des fins de poursuite », a requis le procureur.

La défense aussi a demandé au tribunal d’agir dans le sens des réquisitions du procureur.

Après avoir écouté toutes les parties, le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 30 avril 2019.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin