Le dossier portant sur les violences post-électorales de février 2018 à Kalinko, dans la préfecture de Dinguiraye, a connu son épilogue ce jeudi 18 avril 2019, au tribunal criminel de Faranah. Cent douze personnes, ont été condamnées par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité. Par contre, une dizaine de personnes détenues à la prison civile de Faranah depuis plus d’une année, ont été acquittés par le tribunal, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Au lendemain des élections locales du 04 février 2018, des violences meurtrières, accompagnées d’incendie et de destructions d’édifices, ont eu lieu à Kalinko, dans la préfecture de Dinguiraye. La publication des résultats du vote est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Ces incidents ont provoqué la mort de quatre enfants (3 fillettes et un garçon) dans l’incendie de leur maison.

Une centaine de personnes avaient été citées dans ce dossier, mais seulement dix avaient été présentées à Faranah. Ils étaient poursuivis pour assassinat, incendie volontaire, destruction d’édifices publics et privés.

Au terme des débats, des réquisitions et plaidoiries, la décision du tribunal criminel dans ce dossier est tombée ce jeudi.

Selon nos informations, ce sont cent douze (112) accusés, absents lors des audiences, qui ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité. Tous en fuite, un mandat d’arrêt a été décerné contre eux à l’audience. Il s’agit, entre-autres, de : Madani Barry, Ousmane Koléla Diallo, Saliou Diallo, Mamadou Barry (Oum B), Diouldé Banîré, Mamadou Baïlo Barry, Hassanatou Diallo, Abdoul Kédianya Diallo, Boubacar Diallo Fdiya,….

Par ailleurs, ces 112 personnes sont condamnées au payement d’une somme d’un milliard 196 millions 600 mille francs guinéens de dommages et intérêts aux 27 parties civiles constituées dans ce dossier.

Par contre, les personnes détenues depuis le 23 février 2018, ont été acquittées faute de preuves. Une décision conforme aux réquisitions du procureur et aux plaidoiries de la défense. Un des accusés, en la personne d’Abdoulaye Diallo, avait rendu l’âme en détention, le mardi 09 avril dernier.

Les autres qui recouvrent la liberté après près de 14 mois de détention sont : Ousmane Benté Diallo, Bouba Diarra, Boubacar Barry, Mamadou Samba Barry, Alpha Oumar Bagou Barry, Mamadou Oury Diallo, Amadou Barry, Alpha Abdoulaye Barry, Thierno Bobo Sow (imam de Kalinko et S/G de la ligue islamique sous-préfectoral, qui comparaissait libre) et Mamadou Alpha Bah.

Une décision saluée par l’avocat de la défense, maitre Salifou Béavogui, qui se réjoui du fait que tous les détenus doivent désormais rentrer à la maison.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin