Dans le cadre de la mise en œuvre du projet ‘’Partenaires pour la sécurité en Guinée : la réforme de la police au service du citoyen’’, un atelier de formation des membres du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) de la commune de Dixinn s’est ouvert ce mercredi, 24 avril 2019, dans un complexe hôtelier de Conakry. C’est la secrétaire générale de la commune de Dixinn, madame Kadiatou Diallo, qui a présidé le lancement des travaux de cet atelier de trois jours, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Organisé par l’ONG COGINTA, cet atelier de formation se tiendra du 24 au 26 Avril 2019, a-t-on appris. Durant ces trois jours, les membres du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) de la commune de Dixinn seront outillés sur leurs rôles et attributions. Ceci, afin que les membres dudit conseil (venus de toutes les composantes de Dixinn) mutualisent les efforts de leurs services pour prévenir et lutter contre la délinquance et la criminalité dans leur collectivité.

Commissaire Mohamed Cissé

« Nous espérons que cet atelier va réellement permettre à la commune de Dixinn de capitaliser et d’engager tout le processus de mise en place de la police de proximité. Sans ce CLSPD (conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance) et ses organes, il n’existe pas de police de proximité…qui est un projet conçu par le ministère de l’Administration et de la décentralisation et le ministère de la sécurité pour développer une stratégie de politique publique pour mieux protéger les populations », a indiqué Mohamed Cissé, commissaire divisionnaire de police et coordinateur national de la police de proximité.

Selon Justine Nelomngaye, la chargée de programme de l’ONG COGINTA, le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance est un cadre de concertation qui regroupe les cadres de la commune, notamment le maire, le secrétaire général, le commissaire central et toutes les associations des jeunes et des femmes. Il a été mis en place pour répondre aux attentes de la population en s’orientant vers les problèmes que les gens rencontrent quotidiennement.

Justine Nelomngaye

« Le conseil se réunit de façon trimestrielle pour pouvoir statuer sur les problèmes sécuritaires de la commune. Ce qui veut dire qu’il y a des informations qui sont remontées au niveau du conseil à travers les forums locaux de prévention de la délinquance organisés dans les quartiers. Le conseil prend des initiatives, telles que le plan local de sécurité et de prévention de la délinquance. Et, à travers ce plan, si nous prenons l’exemple de la commune de Dixinn qui a 22 quartiers, quand dans les forums on relève qu’il y a cinq ou six quartiers où on constate une forte délinquance, le conseil (en synergie avec la police, la gendarmerie et les associations des jeunes et des femmes) va se tourner vers ce problème pour sensibiliser les jeunes et pouvoir organiser des patrouilles dans ces zones afin de répondre aux attentes de la population », a expliqué Justine Nelomngaye.

Au cours du présent atelier de formation, les membres du CLSPD seront donc amenés à mener des réflexions sur les problèmes d’insécurité qui se posent dans leur collectivité, parvenir au consensus le plus large possible sur une approche locale de prévention de la délinquance et de la lutte contre l’insécurité, définir des objectifs communs pour la préservation de la sécurité et de la tranquillité publique et organiser des partenariats durables avec des organisations aptes à contribuer à la résolution des problèmes identifiés.

Mme Kadiatou Diallo

C’est pourquoi, dans son discours d’ouverture de cet atelier, au nom du maire de la commune de Dixinn, la secrétaire générale de ladite commune, Madame Kadiatou Diallo, a exhorté les participants à prendre « à bras le corps » les travaux de cet atelier de formation. « Le maire vous exhorte à beaucoup plus de sérénité dans ce que vous allez faire durant ces trois jours. Il est de cœur avec vous. Certes, il n’est présent ici ; mais, nous avons des répondants qui sont valables. Nous savons que nous aurons des rapports de tailles. Et, la représentativité de la police, de la gendarmerie et toutes les autres entités nous rassure à plus d’un titre », a ajouté Madame Kadiatou Diallo.

A préciser que ce projet intitulé ‘’Partenaires pour la sécurité en Guinée : la réforme de la police au service du citoyen’’ est financé par le département américain et mis en œuvre par ‘’Partners Global’’, ‘’COGINTA’’ et ‘’CECIDE’’.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin