Boubacar Yacine Diallo, journaliste-écrivain

A l’occasion de la 11ème édition des 72 h du livre, de nombreuses œuvres littéraires sont en train de voir le jour. C’est dans ce cadre que le journaliste-écrivain, Boubacar Yacine Diallo, a procédé à la dédicace de son livre intitulé « La Guinée en quête de rupture ». La cérémonie, organisée au Centre Culturel Franco Guinéen de Conakry, hier mercredi 24 avril 2019, a réuni plusieurs personnalités, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette œuvre de l’ancien ministre de la communication compte 149 pages. Sa dédicace a réuni plusieurs personnalités : les ministres Tibou Kamara et Khalifa Gassama Diaby, le président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH), Dr Alya Diaby et bien d’autres.

Dans son introduction, Boubacar Yacine Diallo a expliqué qu’après avoir parcouru l’histoire de la Guinée pendant une trentaine d’années, il s’est dit qu’il fallait rechercher les points de rupture dans l’histoire de notre pays. Monsieur Diallo a dit s’être appuyé sur les questions politiques, les droits de l’homme pour chercher les raisons des échecs de notre pays. « J’ai vu par exemple que sur la question de l’unité nationale, alors que tout le monde reconnait que si la Guinée été indépendante par le NON, c’est parce qu’il y avait une unité. Et, je me suis rendu compte que cette unité avait été bradée au point qu’aujourd’hui encore, nous parlons d’unité comme si nous étions à la veille de 1958 », souligne-t-il.

L’autre cas d’échec cité par Boubacar Yacine Diallo est celui lié à l’économie. Pour lui, à chaque fois qu’on parle de la Guinée, on accuse la France d’être responsable du retard économique de notre pays alors que la Guinée est indépendante depuis 1958. « Depuis 60 ans nous avons pris notre indépendance. Il est vrai que le Président Sékou Touré avait dit que nous la prenions la liberté dans la pauvreté ; mais, on peut bien se demander si aujourd’hui encore nous avons et la liberté et la richesse», s’est-il interrogé.

Le troisième échec est lié à la gouvernance politique. Là également, le journaliste-écrivain a noté qu’à chaque fois qu’un régime est arrivé, c’est comme si c’est pour la première fois qu’on parlait de bonne gouvernance. « Les responsables sont là et c’est eux que j’appelle les voyous de la République, qui vont de branche en branche, de régime en régime. Ils sont incompétents et ne vivent que du mensonge et de la délation », dénonce-t-il.

Présent à la cérémonie, le ministre d’Etat, ministre de l’Industrie et des PME, Tibou Kamara, a félicité Boubacar Yacine Diallo pour avoir écrit ce livre. « Ecrire demande beaucoup d’efforts de la part de celui qui le fait. Aujourd’hui, avec le débat démocratique, nous avons besoin de vérité sur notre histoire pour aider les générations montantes à mieux connaitre cette histoire et à se préparer davantage à construire un avenir durable, paisible et partager pour l’ensemble des guinéens ».

Il faut rappeler qu’auparavant, Boubacar Yacine Diallo avait écrit d’autres livres comme : Yacine Diallo, le premier député guinéen à l’Assemblée française, édité en 1996. Un livre qui, après quelques années, a changé de titre pour devenir Yacine, premier député à l’Assemblée française. Ensuite, monsieur Diallo a écrit Guinée, d’un régime à l’autre. C’est la synthèse de ces deux livres qui a été consignée dans un troisième intitulé Un demi-siècle de politique, estampillé « Etude africaine », qu’on peut enseigner dans les universités. D’autres œuvres verront le jour sous la plume du même auteur : Le général Sékouba Konaté au cœur de la transition et Je m’appelle Conakry, édité en 2017 à l’occasion de l’évènement Conakry Capitale Mondiale du Livre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin