Ibrahima Bangoura, ancien ministre

Le procès opposant l’ancien ministre de l’habitat, Ibrahima Bangoura, à son neveu, Mohamed Saliou Bangoura, s’est poursuivi ce jeudi 25 avril 2019 devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Dans la phase des plaidoiries, le ministre, par la voix de son avocat, a réclamé le payement d’un montant de plus d’un milliard de franc guinéen que son neveu lui aurait extorqué après son départ du gouvernement, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Après les débats au cours desquels le prévenu n’a pas reconnu les faits à lui reprochés, l’heure était aux réquisitions et plaidoiries, ce jeudi 25 avril 2019. Dans son réquisitoire, le procureur a rappelé que le prévenu a profité du choc ressenti par l’ancien ministre juste après son départ du gouvernement, pour lui retirer illégalement un montant global d’un milliard 452 millions 613 mille francs guinéens.

« Il venait de quitter le gouvernement, il était stressé et angoissé. C’est ainsi que son neveu qui était dans son entourage et qui connait comment l’aborder, a donné tous les renseignements possibles aux gens. Et c’est dans ça que Ibrahima Bangoura est tombé dans leurs filets et il a été englouti. Aujourd’hui il a perdu plus d’un milliard de franc guinéen. Mais, le prévenu n’a reconnu ici à la barre que les 4 millions 50 mille francs guinéens. Donc, je vous demande de le retenir dans les liens de la culpabilité d’escroquerie en le condamnant à 5 ans de prison ferme », a requis le procureur Daouda Diomandé.

De son côté, l’avocat de la partie civile, maître Dinah Sampil, est revenu en détails sur le déroulement de cette affaire. « Par les manœuvres de son neveu, Ibrahima Bangoura a reçu des appels téléphoniques de personnes qui lui ont proposé l’achat de matériels avec des larges bénéfices. Ibrahima Bangoura a remis à cette équipe 270 millions de francs guinéens à son domicile à la Camayenne. Ensuite, il a fait un transfert d’un montant de 34 millions 298 mille francs guinéens.

Il (son neveu) s’est fait passer pour un marabout pour dire à Ibrahima Bangoura que sa sortie du gouvernement n’est pas fortuite. Que pour revenir au gouvernement, Ibrahima Bangoura doit faire des sacrifices dans 7 mosquées différentes pendant 7 vendredis. Cela également a coûté au ministre 91 000 dollars. La dernière opération, il était question de 4 millions 50 mille francs guinéens qu’il a demandés à Ibrahima Bangoura, et c’est avec ça qu’il a été arrêté. En tout, il (le prévenu) a réussi à extorquer au ministre, avec son équipe, un montant de 1 milliard 452 millions 613 mille francs guinéens », a-t-il fait savoir.

Maître Dinah Sampil demande au tribunal de condamner Mohamed Saliou Bangoura au payement intégral de cette somme.

Mais, le collège d’avocats de la défense, lui, estime qu’il n’y a aucune preuve plausible qui démontre que le prévenu est coupable des faits qui lui sont reprochés. Ces avocats sollicitent donc la relaxe pure et simple de leur client. « Aucune preuve n’a été démontrée ici. On ne peut pas être ministre éternellement. Quand tu poses des actes, il faut accepter les conséquences. L’argent qu’il a remis aux gens pour être encore pris au gouvernement, il a remis ça à qui ? Monsieur Ibrahima Bangoura ancien ministre doit montrer les reçus des remises répétées qu’il a eu à livrer aux gens.

En tant qu’intellectuel et de surcroit un ancien ministre, on ne peut pas réclamer plus d’un milliard à quelqu’un sans aucun papier. Notre client n’a reconnu que les 4 millions 50 mille francs guinéens. Les autres montants, c’est Ibrahima Bangoura qui sait à qui il les a remis. C’est pourquoi, nous demandons au tribunal de relaxer purement et simplement notre client pour délit non constitué », a plaidé maître Lanciné Camara.

C’est dans cette atmosphère que le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendu le 23 mai 2019.

Affaire à suivre !

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin