Kankan : des opposants au 3ème mandat malmenés par des militants du RPG

La marche de l’opposition dans la ville de Kankan contre toute modification de la Constitution guinéenne a tourné à l’affrontement ce mardi 30 avril 2019. Des contremanifestants, issus du RPG Arc-en-ciel, s’en sont pris aux militants de certains partis de l’opposition avec des cas de blessés et des arrestations, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Des responsables et militants du PEDN (Parti de l’Espoir pour le Développement National), de l’UFR (Union des Forces Républicaines), du Bloc Libéral (BL) et du PADES (Parti des Démocrates pour l’Espoir) ont voulu exprimer leur position face aux velléités de modifier la Constitution en faveur d’Alpha Condé. C’était sans compter sur les partisans du locataire de Sékhoutouréyah, décidé à ne pas entendre une voix discordante dans leur bastion de Kankan.

La marche a tourné court avec une agression des manifestants par des jeunes du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel. Le carrefour Komarala, prévu comme lieu de rencontre, a été très tôt envahi par le RPG pour empêcher une quelconque manifestation. Devant ce déploiement, les organisateurs ont rallié le siège du PADES où ils ont été agressés.

Molesté par les jeunes, Ibrahima Nimagan, membre du bureau local de l’UFR, est revenu sur sa mésaventure. « On avait prévu une marche ce matin pour protester contre la modification de la Constitution. On n’a même pas pu se réunir, parce que le carrefour Komarala, qui était prévu comme point de rencontre, a été pris d’assaut très tôt par les jeunes du RPG. C’est après que nous sommes allés nous regrouper au siège du PADES. Malgré ça, ils sont allés nous sortir de là et pour nous bastonner avant de nous embarquer dans un pick-up pour la gendarmerie. N’eut été l’intervention des forces de l’ordre, on allait nous tuer. Moi, j’ai été blessé et j’ai vraiment mal aux reins. C’est vraiment un recul de la démocratie », a-t-il dénoncé.

Pour sa part, Moussa Kourouma, un des responsables du Bloc Liberal, accuse les autorités de laxisme. « Il faut dire que nous vivons dans un pays où la démocratie est déjà enterrée par le RPG. Pourtant, nous avons saisi à l’avance toutes les autorités. C’est là que le RPG a pris ses dispositions et ils sont allés nous barrer la route à cette manifestation qui prône la démocratie et le respect de la Constitution. Mais, il faut dire que c’est l’autorité de la ville qui a soutenu et ordonné cette contre-manifestation », accuse-t-il.

Malgré tout, les opposants au projet de modification de la Constitution pour Alpha Condé ne comptent pas baisser les bras. Ils promettent de remettre ça dans les jours à venir.

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS