A l’occasion de la célébration de la journée internationale du travail, ce mercredi 1er mai 2019, l’inter-centrale CNTG/USTG a présenté son traditionnel cahier de doléances à l’endroit du gouvernement. Le document comprend 22 points qui préoccupent les deux centrales syndicales et sur lesquelles elles interpellent les autorités du pays.

C’est Abdoulaye Camara, le secrétaire général de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) qui a présenté ces doléances devant le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, représentant le gouvernement à la cérémonie.

Décryptage !

A l’occasion du 1er mai, fête internationale du travail, l’inter-centrale CNTG-USTG a l’honneur de vous présenter son cahier de charges qui comprend les points suivants :

1- L’autonomisation effective des institutions de protection sociale (CNPSAE-INAMO) ;

2- Le respect de la règlementation du travail notamment les conditions de vie et de travail des salariés des sociétés de sous-traitance ;

3- La révision des conventions collectives des branches Mines-carrières et BTP ainsi que l’application effective de celles-ci aux employés des entreprises sous-traitantes ;

4- Le respect de la durée de contrat de travail des expatriés ;

5- L’arrêt des licenciements abusif au niveau des entreprises et sociétés privées et parapubliques ;

6- La création avant fin juillet 2019 du tribunal administratif ;

7- Le paiement des pensions des retraités civils et militaires au même moment que les salaires des actifs ;

8- La prise en compte des revendications des militaires retraités et veuves relatives aux indemnités de séparation ;

9- Le déplafonnement de l’assiette des cotisations sociales comme le recommande la mission de la ZMAO à Conakry au mois d’avril 2018 et l’étude actuarielle du BIT valable jusqu’en 2020 ;

10- Suite à l’assainissement du fichier des retraités, l’inter-centrale demande la valorisation des pensions à partir du mois de juillet 2019 ;

11- L’identification de toutes les PME et autres entreprises et sociétés et l’immatriculation de leurs employés à la CNSS ;

12- La poursuite du programme de formation et de perfectionnement des travailleuses et travailleurs des secteurs privés par l’ONFPP à travers le Fonds National de Qualification et de Perfectionnement (FNQP) ;

13- L’accélération de la procédure de reprise des entreprises fermées entre autres Salguidia, Forécariah Guinea Mining (FGM) ;

14- La mise en œuvre rapide du programme de logements sociaux en faveur des travailleuses et travailleurs ;

15- La protection du consommateur guinéen par des mesures de surveillance stricte des produits mis sur le marché, la règlementation de la production de l’eau à usage commercial et l’interdiction formelle des emballages plastiques non biodégradables ;

16- L’arrêt systématique de la concurrence déloyale due à l’importation massive de produits de consommation pour lesquels la matière première existe en abondance dans notre pays ;

17- La lutte à outrance contre le fléau de la drogue qui gangrène de nos jours la couche juvénile aussi bien que dans les villes que dans les campagnes ;

18- La prise en charge intégrale des points de revendication de la Fédération Syndicale Professionnelle des Transports en date du 26 avril 2018 ;

19- La révision à la hausse du SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) de 440 000 à 1 200 000 GNF,

20- La révision à la hausse des primes de logements et de transport ainsi que l’allocation familiale ;

21- La construction des cités avec établissement scolaire et de santé pour les travailleuses et travailleurs des sociétés minières ;

22- La prise en compte des plateformes revendicatives de l’éducation.

Propos recueillis par Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin