Un notable de Niéguéré (un village situé à 5 km du côté Nord du chef-lieu de la commune rurale de Korbé), est retenu au commissariat central de la police de Lélouma, dans la Région Administrative de Labé. Selon des informations confiées à un correspondant de Guineematin.com,
Modi Samba Diallo a été interpellé depuis le samedi dernier, 30 avril 2019, pour avoir donné sa fille, âgée de 30 ans et divorcée, en mariage à un autre prétendant qui a officiellement tendu la main.

Selon les informations reçues en provenance de Lélouma, la fille de Modi Samba Niéguéré Diallo est restée avec son premier époux près de 18 ans. Mais, ces derniers temps, son mari l’a renvoyée 4 fois. Son père a alors décidé de prendre ses responsabilités. Après donc les 3 mois d’observation requis dans la religion musulmane, un second prétend s’est présenté. Il s’est conformé aux principes islamiques qui ont conduit à la célébration du mariage avec le consentement effectif de la fille.

C’est en ce moment que le premier époux rebondis et réclame « sa femme ». Pour montrer qu’il est sérieux, il a déposé une plainte au commissariat central de police de Lélouma.

Modi Samba Niéguéré Diallo a reçu une convocation du commissariat central de police de Lélouma le samedi, 30 avril 2019, alors qu’il était à l’hôpital préfectoral où il était venu déposer son enfant souffrant d’une hernie pour une intervention chirurgicale. Depuis cette date, le vieux notable de Niéguéré est retenu au commissariat de police de Lélouma.

Or, dans le contexte guinéen, le mariage scellé même devant un officier d’Etat civil, ne tient que tant que les conjoints sont consentants. Malheureusement pour le premier époux, la jeune dame ne souhaite plus retourner chez lui parce qu’il l’a répudiée 4 fois.

« S’il a mis les colas dessus, telle que ça se passe dans nos familles, la fille est considérée répudiée par son époux. La famille a donc le droit de donner la jeune femme à qui elle veut ou à celui qui en manifeste le souhait. S’il pense que la femme ne lui est plus utile, le meilleur preneur en bénéficie. Même s’il y a un acte de mariage entre eux, le mariage ne tient que tant que la fille est consentante. On peut tout simplement dire que le divorce n’est pas prononcé, mais il ne s’agit pas de retenir le vieux. On doit lui indiquer la procédure de divorce de la fille. C’est tout. Car, un mariage n’est pas du servage. C’est un consentement libre. Et dès qu’une partie se sent lésée dans ce consentement, elle se rétracte » fait observer un spécialiste des questions de ménage sous le couvert de l’anonymat.

Toutes nos tentatives de joindre le commissaire central de police de Lélouma dans la matinée de ce jeudi, 02 mai 2019, se sont soldées par un échec.

A suivre !

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 990 1334

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin