A l’image des autres pays, la Guinée a célébré ce vendredi, 3 mai 2019, la journée mondiale de la liberté de la presse. Dans la capitale de la Haute Guinée, c’est sous le thème « Rôle des médias pour la consolidation de la paix à Kankan » que les professionnels des médias ont célébré cette journée. La cérémonie, initiée par l’Association des Journalistes de Kankan (AJK), s’est tenue dans la salle de lecture de la Bibliothèque américaine, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Cette cérémonie a réuni les autorités universitaires, le représentant de la Haute Autorité de la Communication et des journalistes venus de Siguiri. La cérémonie a démarré par la lecture d’une déclaration de l’AJK relative à l’agression de deux journalistes par des militants du RPG lors de l’agression des membres du Font National pour la Défense de la Constitution (FNDC) le mardi passé.

Dans la déclaration, lue par Amadou Oury Souaré, secrétaire général de l’AJK, les hommes de médias ont laissé entendre qu’une procédure judiciaire pourrait être engagée contre les auteurs de cette agression. « Nous mettons à profit cette journée dédiée aux journalistes et à la presse, pour non seulement dénoncer, mais aussi condamner avec la dernière énergie, les exactions que subissent les journalistes dans l’exercice de leur métier. Le dernier cas en date à Kankan est survenu il y a à peine 72h, au rondpoint Komarala Loisir, où des militants du RPG se sont délibérément attaqués à des journalistes partis couvrir la marche des opposants au projet de 3ème mandat. Ces journalistes ont été tabassés sans ménagement, leurs habits déchirés et leurs matériels de travail et téléphones confisqués. Et, le comble du mépris, c’est eux qui ont été arrêtés et déposés à la gendarmerie… D’ailleurs, nous sommes en train de nous concerter avec nos responsables syndicaux de Conakry pour le déclenchement d’une procédure judiciaire contre des individus à l’origine de ces brutalités contre nos confrères ».

La cérémonie a été mise à profit pour tenir une conférence axée sur la consolidation de la paix par les médias à Kankan. Selon le conférencier, Alpha Oumar Koïta de la radio Espace FM à Kankan, « nous avons démontré le rôle fondamental que doit jouer la presse dans le cadre de la consolidation de la paix dans nos différentes communautés. Nous devons être les premiers promoteurs de la paix, même si quelque part nous sommes là en train de dénoncer les tares, les couacs des gouvernants, mais il va de soi aussi que nous nous mettions à la tâche, au service de la paix dans notre pays ».

Présent à la conférence, Fodé Bangaly Fofana, correspondant de la télévision nationale (RTG) et représentant de la HAC à Kankan, a invité les patrons de medias à mieux traiter les journalistes. « Les responsables de radio doivent quand même se faire le devoir de donner les badges aux journalistes, même si la HAC n’a pas la possibilité, parce qu’il y a des critères qui sont définis pour bénéficier d’une carte de la HAC, il y a certains journalistes à Kankan qui ne remplissent pas ces critères ».

Les autorités à tous les niveaux et les patrons de medias ont brillé par leur absence à cette conférence. A noter qu’un match de gala entre la presse de Kankan et celle de Siguiri suivi d’une soirée récréative dans un night-club de la place, clôtureront cette 26ème édition de la journée de la liberté de la presse.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : 00 224 627 24 13 24

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin