Un accident de travail s’est produit sur le site de construction du barrage de Souapiti, dans la préfecture de Dubréka. Les faits se sont produits dans la nuit du mercredi 1er mai 2019, mais on ne l’a appris que ce samedi. Un ouvrier y a perdu la vie et un autre a été blessé. Une erreur de communication est invoquée pour justifier cet accident, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon Mohamed Soumah, chef du personnel de Souapiti, joint au téléphone ce samedi, 4 mai 2019, « c’est dans les bandes de 22 heures, le mercredi dernier, qu’au niveau du barrage, au Béton 4, un travail de hauteur, il y a eu un accident quand ils démontaient les coffrages. Vous savez, quand on démonte les coffrages, c’est la grue qui les prend pour les placer de l’autre côté.

Quand la grue prend les coffrages, ça balance. Maintenant, il y a eu une erreur de communication. Les ouvriers se sont écartés, comme le veut la consigne. Il restait deux personnes qui n’ont pas bougé. C’est ce balancement là qui a heurté les deux ouvriers. Un est décédé sur place, l’autre s’est blessé ».

Pour ce qui est de l’identité des victimes, Mohamed Soumah, chef du personnel de Souapiti, a apporté des détails. « Celui qui est décédé s’appelle Aboubacar Sylla, qui a le matricule L015 91. Son corps a été accompagné dans son village la nuit du décès, sous la demande de sa famille même. Il était originaire d’un village qui s’appelle Fikhéma, dans la commune rurale de Bädy. Tout ce qui est assistance lié au décès a été fait.

Les parents étaient satisfaits et ont remercié la société. Ils ont mis cela au compte de la volonté divine. Pour ce qui est du blessé, qui se nomme Naby Bachir Sylla, il a le matricule H01521. Il a été aussitôt pris en charge. Aujourd’hui, il poursuit les soins à Conakry. Ses parents, avec qui j’ai échangé hier vendredi, m’ont confié que son état s’est beaucoup amélioré », a expliqué monsieur Soumah.

A la question de savoir si ce genre d’accidents se produit régulièrement, le chef du personnel de Souapiti a dit qu’il n’y a que « des accidents mineurs qui y arrivent. C’est ce qu’il y a le plus souvent et que nous gérons là-bas. Partout, il y a de risques d’accidents. Il faut dire qu’il n’y a eu que deux accidents mortels ici ».

Le barrage de Souapiti en construction compte plus de 3000 travailleurs qui se relaient nuit et jour pour respecter le délai d’exécution des travaux de 58 mois. Des travaux lancés le 1er avril 2016.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com