L’Ordre National des Architectes de Guinée (ONAG) a tenu une assemblée générale extraordinaire, ce samedi 04 mai 2019, à son nouveau siège à Kaporo, dans la commune de Ratoma. Il a été question pour le bureau exécutif de présenter les nouvelles installations de l’ONAG à ses membres et de discuter des défis qui assaillent la corporation, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Elu le 18 août 2018, le nouveau bureau exécutif de l’Ordre National des Architectes de Guinée (ONAG) a rencontré ses membres ce samedi. La démarche visait à leur présenter le nouveau bureau situé à Kaporo. L’occasion a été mise à profit pour discuter des difficultés que connaissent les architectes de nos jours.

Dans son discours, Boubacar Bah, président de l’ONAG, est revenu sur l’objectif de cette entrevue. « Vous savez, le 18 août 2018, un nouveau bureau a été élu, que j’ai l’honneur de présider. Depuis cette date, l’Ordre National des Architectes de Guinée ne s’était pas retrouvé. Donc, dans notre tradition, le moment était venu pour que le nouveau bureau convoque une assemblée générale extraordinaire après huit mois d’activité pour rendre compte de toutes les activités que nous avons menées dans le cadre de la recherche de l’harmonie dans le domaine des architectures en Guinée », a-t-il introduit.

Par ailleurs, Boubacar Bah a dévoilé les défis qui attendent le nouveau bureau exécutif de l’ONAG. « Nous avions été élus sur la base d’un programme très précis. Le premier fondamental, c’était de faire en sorte que le nouveau code de l’architecture, qui souffre depuis plusieurs années, soit validé. Mais aujourd’hui heureusement, nous avons la ferme promesse, les démarches sont en cours, normalement cette année, ce code devrait être validé. Un tableau complet de tous les architectes régulièrement inscrits ainsi que des bureaux d’architectes agréés. Le rapprochement de l’ONAG aux autres Ordres et Associations professionnelles ».

En outre, les architectes guinéens sont confrontés à beaucoup de difficultés que Boubacar Bah a énumérées : « la concurrence déloyale, il y a les non-professionnels qui s’immiscent dans le métier. Des immeubles sont conçus et des projets élaborés par des gens qui ne sont pas architectes. Cela pose problème. Pour lutter contre ça, il faut que les architectes que nous sommes s’organisent davantage et que les autorités acceptent de collaborer avec l’Ordre National des Architectes de Guinée pour lutter contre ces phénomènes qui ne feront que créer des problèmes aux citoyens qui sont utilisateurs. Nous sommes également confrontés très souvent au fait que l’Etat, à travers ses autorités qui sont liées à nous, ne comprennent pas le rôle des architectes. Je pense que s’ils connaissaient le rôle des architectes, on n’en serait pas là », regrette-t-il.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77 / 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin