La lancinante question du 3ème mandat ou de modification de la Constitution en faveur du président Alpha Condé continue d’alimenter la chronique. A l’occasion de son assemblée générale de ce samedi 4 mai 2019, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a mis en garde les promoteurs de cette thèse. Pour Ousmane Gaoual Diallo, qui ne mâche pas ses mots, tout sera mis en œuvre pour empêcher Alpha Condé de gérer notre au-delà de 2020, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Connu pour son franc-parler, l’élu uninominal de Gaoual a clamé haut et fort que le projet de 3ème mandat n’aboutira pas. « Le peuple de Guinée est dos au mur et sait qu’il est le dernier rempart de la démocratie. Les guinéens sont déterminés à payer le prix fort pour faire en sorte, qu’il y ait élection ou pas, qu’au terme du mandat d’Alpha Condé, que soit, il est remplacé à la suite d’une élection régulière par celui qui aura acquis les suffrages des guinéens, soit la Guinée rentre dans une transition… Si cela va passer par l’affrontement auquel il a appelé les guinéens, ça sera un affrontement entre eux, Alpha Condé et son clan… »

En outre, Ousmane Gaoual Diallo s’est adressé aux forces de l’ordre en les mettant face à leur conscience. « Tous ces militaires, gendarmes et policiers qui agissent dans la brutalité, qui croient que ce pouvoir est sans fin, ils se trompent. Personne ne dira demain, je ne savais pas ou bien on m’a donné un ordre. Tous ceux qui vont soutenir cette idée seront traités comme des criminels et subiront ainsi la colère du peuple de Guinée. Mais, il n’y aura pas de recul », avertit ce proche de Cellou Dalein.

Très confiant, Ousmane Gaoual Diallo soutient mordicus qu’en 2020, le président de l’UFDG va occuper le fauteuil présidentiel. « Nous souhaitons que cela se passe dans des élections régulières. Mais, s’il n’y avait pas d’élection, il sera quand même installé par un coup de force, quelque soit le prix à payer », insiste-t-il.

En outre, Ousmane Gaoual a tiré à boulets rouges sur les promoteurs du changement de la Constitution. « S’ils sont légitimes pour vanter le coup d’Etat, alors nous sommes légitimes pour appeler les patriotes à opérer un autre coup d’Etat, pour installer les démocrates à la tête de la Guinée. On ne peut pas laisser des gens sortis de nulle part, les arrivistes, les pilleurs des deniers publics, les corrompus, les criminels avoir la liberté de promouvoir un changement illégal de Constitution et ne pas emprunter le même chemin à l’envers pour promouvoir la démocratie ».

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin