A l’occasion de son assemblée générale hebdomadaire de ce samedi, 04 mars 2019, l’Union des Forces Républicaines (UFR) s’est prononcée une nouvelle fois sur la campagne menée par le pouvoir en faveur d’un troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Le parti de Sidya Touré a évoqué notamment le meeting organisé aujourd’hui à Kindia et qui a connu la présence du chef de l’Etat guinéen. Pour l’honorable Ibrahima Bangoura, vice-président de la formation politique, cette rencontre prouve que les promoteurs du troisième mandat n’ont pas de soutiens sur le terrain, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

« Aujourd’hui, ils (les partisans du pouvoir) sont massivement mobilisés à Kindia pour le troisième mandat. Mais, je crois qu’ils vont rencontrer notre le Front National pour la Défense de la Constitution qui est sur le terrain, qui se bat pour ne pas que leur voix porte. Et, je crois que le peuple est avec nous (…) Vous avez appris que nous avons demandé à organiser aujourd’hui à Kindia un meeting de sensibilisation au stade Fodé Fissa de Kindia, mais cela nous a été refusé. Maintenant si eux c’est des élèves qu’ils transportent sur place pour faire leur meeting, cela veut dire qu’ils n’ont personne sur le terrain.

Cela veut dire que le peuple de Guinée n’adhère pas à cette idée de troisième mandat (…) Après 2010, on pensait qu’on était rentrés réellement dans la démocratie et que ces choses-là étaient derrière nous, qu’on n’allait pas renouer avec de tels comportements (…) On permet aux promoteurs du troisième mandat de manifester, mais ceux qui veulent manifester contre ce troisième mandat sont réprimés. Ça, c’est un problème de gouvernance », a déploré l’opposant.

Ce responsable de l’Union des Forces Républicaines fustige aussi les agressions et arrestations d’opposants à un troisième mandat pour Alpha Condé, enregistrées ces derniers jours à Kankan et Kouroussa. Il condamne un délit de liberté contrairement aux principes démocratiques.

L’honorable Ibrahima Bangoura s’insurge également contre une tentative du pouvoir de museler la presse qui dénonce le projet de troisième mandat. Mais, il appelle les journalistes à ne pas céder à l’intimidation. « Depuis un certain temps, nous voyons qu’il y a une certaine dérive autoritaire qui s’abat sur tous ceux qui veulent aller contre la promotion du troisième mandat, dont les journalistes. Une promotion à laquelle le peuple est farouchement opposée (…)

La liberté de la presse est réprimée en Guinée, c’est à vous de vous défendre. Parce qu’ils ne veulent pas que les journalistes parlent contre un troisième mandat. Les journalistes sont chaque fois devant la justice, c’est pour les intimider pour qu’ils se taisent (…) Les journalistes, il faut relayer l’information comme quoi, notre démocratie en Guinée est en danger. Si nous laissons courir le troisième mandat, c’est tout le pays qui est en danger », a prévenu l’opposant.

Mohamed Doré pour Guineematin.com

Tél. : 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin