Un groupe d’enseignants contractuels de la commune de Ratoma a exprimé sa colère ce lundi, 6 mai 2019, au niveau de la mosquée de Dadia, à Kipé. Ils ont momentanément barricadé la route en exigeant leur intégration sans aucune forme de test à la fonction publique et la libération de leurs collègues arrêtés à Kindia, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La circulation sur l’axe Kipé-Taouyah a été momentanément perturbée par un petit groupe d’enseignants contractuels dans la commune de Ratoma. Ils sont sortis aux environs de 8h 15 minutes pour exiger leur intégration sans concours, ni test à la fonction et la libération de leurs collègues arrêtés à Kindia.

Mme Salamata Bah, chargée de communication des enseignants contractuels de Ratoma

Selon Salamata Bah, chargée de communication des enseignants contractuels de la commune de Ratoma, « nous voulons être intégrés à la fonction publique pure et simple, sans test, sans concours. Nous avons fait un recensement, de Conakry à Yomou, pour qu’ils prennent en compte notre liste. Et là, ils nous publient une liste de mécaniciens. On nous avait traités au début de mécaniciens. Pendant les trois mois de cours, pendant les trois mois de crise, on a prouvé nos compétences, on a prouvé que nous ne sommes pas des mécaniciens, que nous sommes des enseignants. Et là, ils font sortir une liste de personnes avec qui ils ont pris de l’argent. Ces personnes sont leurs copines, leurs femmes, leurs époux, leurs épouses et leurs enfants. On n’accepte pas, c’est nous qui sommes les contractuels. Nous ne sommes pas des suppléants, ni des volontaires, ni des contractuels temporaires, mais des contractuels d’Etat ».

Abdoulaye Mara

Pour sa part, Abdoulaye Mara, coordinateur du mouvement, a dénoncé la liste affichée à la Direction Communale de l’Education (DCE) de Ratoma. « Nous sommes sortis pour dire au ministre que nous ne sommes pas d’accord avec cette publication fantaisiste des listes qu’il a affichées dans les DCE. Et aussi, nous sommes là pour demander la libération pure et simple de nos amis condamnés dans la préfecture de Kindia », a-t-il lancé.

Il faut noter que cette manifestation n’a été que de courte durée, environ une demi-heure. Les manifestants ont déversé des ordures sur la chaussée, renversé des tables et tout autre objet qui leur tombait sous la main. Quelques automobilistes ont préféré rebroussé chemin. Aucun incident grave n’a été signalé. La circulation a repris son cours normal.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin