Il y a 48 heures, le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, à travers une lettre circulaire, a décidé de prolonger l’année scolaire dans les écoles publiques jusqu’au 30 juin 2019. La démarche vise à permettre de continuer les cours en vue de rattraper le temps perdu lors des 3 mois de grève du Syndicat Libre des Enseignant et Chercheurs de Guinée.

Pendant ce temps, les cours se poursuivent normalement dans les écoles de Conakry, notamment dans la commune de Dixinn où les cours sont exécutés à environ 90%, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’année scolaire 2018/2019 a connu de fortes perturbations avec la grève de 3 mois du SLECG. Après la suspension de la grève, les cours ont repris et semblent avoir atteint la vitesse de croisière. Dans certaines écoles de la commune de Dixinn, les cours évoluent à la satisfaction des encadreurs.

Mme Sangaré Mamadia Camara

Dans un entretien accordé à notre reporter ce vendredi, 10 mai 2019, madame Sangaré Mamadia Camara, proviseure du lycée Donka, a fait savoir que l’on s’achemine vers la fin des programmes. « Globalement, nous devons nous situer aux alentours de 87% d’exécution du programme. Tout le monde n’est pas sur la même ligne bien sûr, mais nous veillons à ce que les uns et les autres soient au rendez-vous. Comme vous le savez bien, l’année scolaire a été prolongée par un communiqué du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation. Les évaluations étant situées aux alentours du mois de juillet, nous ferons en sorte que les programmes aussi finissent plus tard le 30 Juin », a-t-elle expliqué.

Pour rattraper le temps perdu, la proviseure du lycée Donka est revenue sur les dispositions prises à cet effet. « D’abord, je dis en passant que le lycée Donka n’a pas grevé comme la plus part des établissements. Ce qui nous permet aujourd’hui de se réjouir d’un certain état. Nous passons dans les classes pour dire aux élèves de compter le nombre de leçons exécutées par rapport au nombre de leçons contenus dans les différents programmes. Ça nous permet, et élèves et direction et enseignants, de savoir qu’on est sur le même pied d’égalité dans le contrôle. Chacun a donné un plan de rattrapage. C’est ce plan de rattrapage que nous suivons surtout, qui nous permet de dire aujourd’hui qu’on peut bien finir le programme plus tard le 30 juin ».

Mamoudou Kompo

Par contre, Mamoudou Kompo, élève en classe de 10ème année, au collège 1 Donka, a confié à notre reporter que dans certaines matières, il y a un risque que les programmes ne soient pas achevés. « Nous sommes en retard dans 2 matières : en Physique et en Anglais. Les professeurs concernés par ces cours ne viennent pas. Je ne pense pas qu’on puisse terminer les programmes de ces 2 matières d’ici la fin de l’année », lance-t-il.

A l’école primaire publique Les Dabadins, située en face du siège du SLECG, le directeur adjoint, Nouhan Kokony Koro, a dit son optimisme quant à l’exécution totale du programme avant le 30 juin.

Nouhan Kokony Koro

« Avec les écoles primaires Les Dabadins, nous n’avions pas observé la grève. Pendant la période de grève, ça étudiait ici. L’Etat avait mis 15 enseignants contractuels à la disposition de l’école, plus quelques enseignants titulaires qui venaient. On avait le soutien de l’Etat, il envoyait chaque jour les pick-up de sécurité. Avec ça, nous avons suivi le programme normal. Au jour d’aujourd’hui, nous sommes presqu’à 90% d’exécution du programme. Les programmes seront exécutés à 100%. On aura même le temps de revenir sur les leçons qui sont difficiles pour les enfants… »

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin