Les huissiers de justice de Guinée ont décidé de mettre à exécution leur menace de partir en grève brandie la semaine dernière. A l’issue d’une assemblée générale tenue ce lundi, 13 mai 2019 à son siège à Kaloum, la chambre nationale des huissiers de justice de Guinée a annoncé le déclenchement d’une grève générale et illimitée à compter de ce jour, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Me Aboubacar Camara

L’annonce a été faite par Maître Aboubacar Camara, vice-président de la chambre, au sortir de la rencontre. « Vous savez que notre confrère, Lansana Salifou Soumah, a été arbitrairement arrêté et séquestré dans les locaux de la DPJ. Nous avons mené des démarches, nous n’avons pas été entendus, et finalement une assemblée générale s’est tenue ici le lundi dernier. Au cours de cette assemblée, une commission a été mise en place, chargée de la rédaction de la plateforme revendicative et le préavis de grève.

Ces deux documents sont parvenus au ministère de la justice le jeudi. Parmi les revendications, il y avait la libération de Maître Lansana Salifou Soumah et d’autres points, notamment la signature de notre statut des huissiers de justice déposé au ministère de la justice, qui a été discuté et adopté en conseil des ministres. Jusqu’à date, ce document n’est pas signé. Nous les huissiers, si nous sommes munis des décisions de justice et des titres exécutoires, pour les mettre à exécution, souvent nous faisons recours au parquet.

C’est le procureur général qui va signer un document qu’on appelle réquisition pour mettre en mouvement la police ou la gendarmerie pour assister l’huissier. Donc nous avons beaucoup de difficultés à ce niveau, il y a beaucoup de retard dans la signature de la réquisition. Donc c’est pour toutes ces raisons que nous avons tenu l’assemblée.

Nous avons déposé notre préavis de grève qui a expiré le vendredi et nous avons dit que si les différentes revendications contenues dans la plateforme ne sont pas satisfaites en intégralité, nous allons déclencher une grève à partir d’aujourd’hui lundi. Et à date, nous constatons que tous les points contenus dans cette plateforme, seul celui consistant à libérer notre confrère a été satisfait. Donc c’est pourquoi, nous maintenons le mot d’ordre de grève. Nous partons donc en grève jusqu’à nouvel ordre. Nous ne fermons pas la porte, nous sommes prêts à toute négociation », a-t-il indiqué.

Me Mohamed Mouctar Sylla

De son côté, le secrétaire général de la chambre nationale des huissiers de justice de Guinée, Maître Mohamed Mouctar Sylla, a mis en garde tout huissier de justice qui ne respecterait pas ce mot d’ordre de grève. « Pour ce mot d’ordre de grève, il s’agit de la cessation de toutes les activités sur toute l’étendue du territoire national. Toutes les activités de huissiers : pas d’accès à la justice, pas d’exécution des décisions de justice, pas de significations jusqu’à ce que nos points de revendication soient satisfaits.

Ce mot d’ordre de grève concerne tous les huissiers de justice. Tout huissier de justice qui ne se prêtera aux résolutions de l’assemblée générale sera suspendu purement et simplement. Et d’autres mesures contraignantes seront prises à son encontre puisqu’il s’agit de la vie de profession, il s’agit de la vie de l’investissement en Guinée », a prévenu Maître Mohamed Mouctar Sylla.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622 91 92 25 / 666 91 92 25

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin